Une série pour asseoir définitivement le mythe

Jack Ryan saisons 1 & 2

Contexte historique : mars 2020 ; la France, la Belgique, l’Espagne et l’Italie (sans doute suivis bientôt d’autres pays) ont déclaré le confinement. « Toute la Gaule est occupée ! » (pardon confinée)… Pour la citation nous vous invitons à relire « Astérix » de Goscinny et Uderzo. Pourtant Screentune toujours soucieux de ses lecteurs vous invite à vous plonger dans quelques séries TV pour égayer vos soirées cosy.

Ainsi Amazon propose depuis deux saisons déjà une série tirée des romans à succès de Tom Clancy : « Jack Ryan » avec en tête d’affiche l’acteur-réalisateur John Krasinski (« Sans un bruit », « 13 hours », la série « The Office ») et Wendell Pierce (les séries « Treme », « Suits » et  « Sur écoute ») dans le rôle de James Greer.

Synopsis :

Jack Ryan, analyste à la CIA, va tenter de démanteler un réseau de terroristes. Partagé entre les démons du passé quand il était dans les Marines en Afghanistan  et son idéalisme de boy-scout, il devra alterner entre force et intelligence pour déjouer les plans de Suleiman, un terroriste islamiste bien décidé à venger sa famille.

John « Jack » Ryan est un personnage imaginé par Tom Clancy dont on suit les aventures de sa jeunesse à son entrée à la CIA puis son ascension jusqu’au poste de Président des Etats-Unis. Il a été incarné dans plusieurs adaptations au cinéma d’abord par Alec Baldwin dans « A la poursuite d’Octobre rouge » de John McTiernan en 1990 puis par Harrison Ford dans « Jeux de guerre »  en 1992 et « Danger immédiat » en 1994 qui furent d’énormes succès commerciaux.

Par la suite deux autres acteurs, Ben Affleck « La somme de toutes les peurs » en 2002 et Chris Pine « The Ryan initiative » de Kenneth Branagh en 2013 ont tenté de donner un second souffle au personnage.

Nous voici en 2018 avec une série désormais mais surtout une approche plus contemporaine du personnage. Jack Ryan retrouve le niveau un de son existence littéraire ; celui d’un analyste de la CIA qui étudie des données à longueur de journée et informe sur les correspondances ou les étranges coïncidences qu’il a pu observer. Mais son passé militaire parle aussi pour lui sans oublier son côté mêle-tout qui le pousse à l’action pour valider ses théories. Plus développé que dans les films même si l’interprétation d’Harrison Ford reste gravée dans les mémoires, Jack Ryan s’offre une deuxième vie plus en phase avec notre époque.

On pourrait même imaginer qu’il vit dans une nouvelle dimension un peu comme pour Sherlock Holmes où les films de Guy Ritchie en 2009 et 2011 (avec Robert Downey Jr) n’ont rien de commun avec la série TV emmenée par Benedict Cumberbatch et Martin Freeman.

John Krasinski offre une prestation plus moderne et plus approfondie du personnage qui permet au spectateur une plus grande empathie avec le héros et le format série donne aussi l’occasion de percevoir l’adversaire avec plus de finesse psychologique et de réalisme politique. Tout n’est jamais vraiment blanc et vraiment noir sur cette planète et l’éparpillement de la menace n’éloigne pas non plus !

En novembre 2019, l’espion qui venait de l’université de Georgetown revient sauver les Etats-Unis et booster les audiences d’Amazon Prime dans une seconde mission musclée. Cette deuxième saison comporte neufs épisodes, Jack Ryan y soupçonne la Russie de vendre illégalement des armes au Venezuela. Accompagné de son ami le sénateur Moreno (Bénito Martinez), il s’envole donc pour l’Amérique du Sud pour découvrir un pays gangréné par la misère et l’ambition de son président. Son enquête, qui menace de révéler au grand jour une vaste conspiration, va déclencher une série d’événements dramatiques qui vont l’affecter en premier.

Bénéficiant cette fois de la présence de Michael KellyHouse of Cards »), ainsi que de la Suédoise Noomi RapaceMillenium ») et de l’Allemand Tom WlaschihaGame of Thrones »). Carlton Cuse (« Lost », « The Strain », « Bates Motel ») réussit un thriller hollywoodien haut de gamme avec courses poursuites sur les toits, fusillades en pleine jungle assorti d’un pamphlet politique qui interroge autant les démocraties présidentielles que les états totalitaires.

En deux courtes saisons de huit épisodes aux atmosphères très différentes, Carlton Cuse a su développer mieux que quiconque avant lui l’univers que Tom Clancy avait construit autour de son héros et John Krasinski a su l’habiter avec beaucoup de sobriété et de malice.

Le lecteur de la première heure lui regrettera peut-être la perte du cocon familial des Ryan mais le spectateur se consolera devant la maestria de la réalisation et les moyens mis en œuvre pour nous offrir un spectacle de qualité.

Vivement la saison 3 !

Note : 7,5/10

Yves Legrand – Le 23 mars 2020

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com

Fermer le menu