Gyllenhaal dans le P-train !

Source Code

Retour sur un petit film totalement passé inaperçu sur les écrans de cinéma en 2011, « Source Code », réalisé par le jeune Duncan Jones (rejeton du regretté David Bowie et réalisateur du récent « Warcraft »). Il s’agit du deuxième film du jeune réalisateur après son très intriguant « Moon » (2009) avec Sam Rockwell et Kevin Spacey, petit film SF présenté dans différents festivals et qui avait surpris par son innovation et ses très bonnes idées de mise en scène (à découvrir donc) !

Pour son second long métrage, le cinéaste s’entoure d’un très bon casting avec le toujours excellent Jake Gyllenhaal, la magnétique Michelle Monaghan et la talentueuse Vera Farmiga. Le cinéaste britannique retourne également vers le genre qui l’a fait connaître, la SF saupoudré de quelques notes de thriller.

Un pitch qui a pour concept de tenir dans le même décor et la même temporalité vécue constamment par le personnage principal.

Un sujet déjà bien rebattu au cinéma et qui rappelle l’excellent « Un Jour Sans Fin » d’Harold Ramis avec Bill Murray (à voir absolument !) ou plus récemment « Edge of Tomorrow » de Doug Liman avec Tom Cruise ; un travail difficile donc pour Jones qui ne doit pas tomber dans la redondance d’une histoire déjà vue maintes fois au cinéma.

Le cinéaste doit vraiment trouver le juste équilibre pour offrir un suspense haletant à une histoire qui en a bien besoin.

© 2010 Summit Entertainment, LLC

Bonne nouvelle, « Source Code » est un thriller malin et surprenant !

« Source Code » peut vraiment ressembler à beaucoup de films du genre, mais son scénario complexe et intelligent propulse son spectateur dans un train lancé à pleine vitesse sur les voies d’un suspense haletant ! Il est vrai qu’un personnage qui revit les mêmes 8 minutes en essayant de reconstruire les pièces d’un puzzle peut paraître redondant aux premiers abords, mais les fragments se mettront en places au fur et mesure pour offrir une œuvre qui vous fera passer un excellent moment de suspense.

Photo by Jonathan Wenk - © 2010 Summit Entertainment, LLC

Duncan Jones, réussit à rendre son film prenant grâce à un excellent sens du rythme et du découpage (les sauts temporels et l’enchaînement rapide des scènes sont brillamment orchestrés) afin de rendre son œuvre tumultueuse et passionnante dans le but d’aspirer le spectateur dans cet engrenage temporel palpitant dont il est impossible de se détourner.

C’est grâce à un rythme soutenu et une course contre la montre qui oblige le héros à agir rapidement (un Jake Gyllenhaal à nouveau juste et excellent) qui donne au film une aura captivante telle la mécanique d’une horloge bien huilée.

Photo by Jonathan Wenk - © 2010 Summit Entertainment, LLC

Grâce à ces instants mouvementés, Jones arrive à créer un dynamique qui permet à son audience de ne jamais reprendre son souffle, de ne jamais se détacher du destin de son personnage et de déployer son récit tels un train lancé à plein régime dans une belle envolée de suspense. Le cinéaste invite même son spectateur à s’investir, à rester attentif et à scruter les yeux grands ouverts cette enquête où chaque détail à son importance.

Duncan Jones confirme avec « Source Code » tout son talent pour raconter des histoires inédites et qui scotchent le spectateur à son siège. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisque le film a rapporté 147 millions de dollars pour un budget de 32 millions. Malgré l’échec récent de « Warcraft », son second long métrage offrait un vrai plaisir de cinéma et prouvait déjà que le jeune réalisateur maitrisait son sujet. Une œuvre qui allie habilement intelligence, vrai sens du rythme et de la mise en scène qui rappelle un certain Alfred Hitchcock, rien que ça !

Photo by Jonathan Wenk - © 2010 Summit Entertainment, LLC

Duncan Jones signe un travail d’une grande justesse et soigné qui tient parfaitement en haleine de bout en bout. Un thriller de SF passionnant, efficace et intelligent grâce à un formidable sens du rythme et un excellent sens du divertissement. « Source Code » est un petit plaisir coupable à savourer sans modération !

Note : 7,5/10

Julien Legrand – Le 13 novembre 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com