Publicités

Ceci n’est en rien un conte de fée !

La Demoiselle et le Dragon

Superproduction de Netflix en mars 2024, « Damsel » (ou « La Demoiselle et le Dragon ») immerge Millie Bobby Brown dans un monde d’heroic fantasy où elle est la princesse.

Il était une fois … Notre avis !

Critique « La Demoiselle et le Dragon » (2024) : Ceci n’est en rien un conte de fée ! - ScreenTune
© 2023 Netflix, Inc.

Synopsis :

Élodie (Millie Bobby Brown), jeune fille issue d’une province du Grand Nord pauvre et au bord de la famine en cet hiver, se retrouve promise à Henry un prince du Sud (Nick Robinson (Jurassic World, Love Simon).  Elle débarque avec son père (Ray Winstone) sa belle-mère (Angela Basset) et sa sœur Floria (Brooke Carter) dans une région verdoyante. Tout semble réuni pour que les tourtereaux vivent heureux et aient beaucoup d’enfants… Sauf qu’il y a trois cérémonies et que la troisième résulte d’un pacte séculaire avec …un dragon !

Au terme de laquelle notre prince, pas si charmant, jette Elodie dans l’antre de la bête.

Dès le début du récit ou du conte, la voix d’Elodie nous informe : « Les récits de princesses en danger attendant l’arrivée d’un valeureux chevalier pour les sauver sont trop nombreux pour être comptés. Ce récit n’est pas l’un d’eux ». 

Critique « La Demoiselle et le Dragon » (2024) : Ceci n’est en rien un conte de fée ! - ScreenTune
Photo prise par John Wilson © 2023 Netflix, Inc.

Nous sommes prévenus ! « Le sexe faible » a vécu et ce n’est pas Simone de Beauvoir qui va s’en plaindre (Le Deuxième sexe en 1949).

Avec un coquet budget de 70 millions de dollars (plutôt bien utilisé dans les décors, les costumes et les effets spéciaux (même si des esprits chagrins trouveront encore à redire), le film d’Heroic-Fantasy signé Juan Carlos Fresnadillo (« 28 semaines plus tard ») dispose aussi d’une excellente distribution emmenée par Millie Bobby Brown (« Enola Holmes 1 et 2 » et un troisième en préparation aussi sur Netflix), une fois encore productrice et donc avec un droit de regard sur tout. L’actrice poursuit ainsi sa fructueuse collaboration avec Netflix après avoir été révélée dans le rôle d’Eleven dans la série « Stranger Things » où elle lutte depuis cinq saisons contre les créatures d’une dimension parallèle.

Critique « La Demoiselle et le Dragon » (2024) : Ceci n’est en rien un conte de fée ! - ScreenTune
Photo prise par John Wilson © 2023 Netflix, Inc.

Ce qui frappe dans « Damsel », c’est la transformation physique d’Elodie à mesure qu’elle erre dans l’antre du Dragon ; arrachant la cage de sa robe de cérémonie, déchirant le carcan de son corsage, c’est une jeune femme libérée qui commence (à l’instar d’un Rambo)à lutter pour sa survie. Cette partie est particulièrement intéressante et mise en scène avec efficacité.

Elodie se bat contre mille obstacles mais aussi contre la trahison de son prince et de la fourbe reine Isabelle, que Robin Wright incarne avec un évident plaisir, à contre-emploi comme un clin d’œil au rôle d’ingénue de « The Princess Bride » (Il était une fois… La princesse Bouton d’or) qui la révéla. 

Critique « La Demoiselle et le Dragon » (2024) : Ceci n’est en rien un conte de fée ! - ScreenTune
Photo prise par John Wilson © 2023 Netflix, Inc.

Comme dans le célèbre « Coeur de Dragon » (1996, voix de Sean Connery et Philippe Noiret pour Draco), un film cher à notre rédacteur en chef (qui pleure à chaque visionnage), la dragonne de « Damsel » parle et dialogue avec sa proie, ce qui ajoute une tension psychologique supplémentaire bienvenue.

Malgré une trame relativement classique mais efficace, l’histoire respecte les codes d’un conte de fée mais le rythme est celui d’un escape game et ne faillit jamais. Quant à Millie Bobby Brown, elle confirme, si besoin, qu’elle peut tout jouer, même une princesse en haillons terriblement déterminée !

NOTE :

0 /10

Ceci n’est évidemment pas un conte de fée, certes ça en a l’aspect, le goût (durant trente minutes) puis on quitte les contrées fertiles (de la vallée du Douro au Portugal) pour le labyrinthe de pierre de la créature et l’odeur âcre du souffle du dragon alors le film bascule avec délice pour certains et étonnement pour d’autres dans une autre dimension plus proche du fantastique.

Un agréable mélange des genres. A réserver au plus de 10 ans cependant.

Yves Legrand – Le 10 mars 2024

Sources Photos : 

© 2024 Netflix

Vous pourriez aussi aimer :

Critique: « A l'Ouest, rien de nouveau  » (2022) : Chair à canon ! - ScreenTune

Critique « À l’Ouest, rien de nouveau » (2022) : Chair à canon !

Nouvelle adaptation du roman pacifiste du même nom d’Erich Maria Remarque, après notamment celle de 1930, « A l’Ouest, rien de nouveau » nous plonge dans l’enfer des tranchées de la Première Guerre Mondiale. Dans la lignée de « 1917 », le film met en lumière avec une relative sobriété de jeunes soldats allemand, insouciant et patriote, qui vont découvrir l’horreur des combats.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com