Publicités

Jack in the box!

It Lives Inside

Premier long métrage de Bishal Dutta, un réalisateur indien connu et récompensé une dizaine de fois pour ses nombreux courts-métrages, « It lives inside » prend prétexte d’une entité spécifique à une culture pour tenter de renouveler le genre fantastique.

Notre critique à défaut de vase brise le bocal à Pishacha !

Critique « It Lives Inside » (2023) : Jack in the box! - ScreenTune
© 2023 WW Entertainment

Synopsis :

Fille d’immigrés indiens, Samidha (Megan Suri) tente non sans mal d’échapper aux velléités traditionalistes que sa mère perpétue assidûment et aspire à la modernité d’une adolescente américaine. Lors d’une dispute avec son amie Tamira (Mohana Krishnan), elle brise involontairement un mystérieux bocal que son amie traîne partout avec elle.

Bishal Dutta est allé chercher ses inspirations et références dans la culture hindoue, ce qui est plutôt intéressant et novateur pour le genre horrifique. L’intrigue se renouvelle ainsi par l’origine de l’entité maléfique. Les Pishacha sont des démons mangeurs de chair dans la mythologie hindoue et leurs intentions ont de lointaines similitudes avec un certain comte…

Critique « It Lives Inside » (2023) : Jack in the box! - ScreenTune
© 2023 WW Entertainment

La tension dramatique est palpable du début à la fin ; dans un premier temps le réalisateur se place dans les traces de films d’horreur plutôt récents comme « It Follows » et « Hérédité » la mise en température est à combustion lente puis s’accélère en seconde partie avec de salutaires sursauts de rythme.

L’ambiance reste oppressante grâce au personnage de Samidha (Sam) remarquablement interprété par Megan Suri, dont les grands yeux noirs, traversés par une belle dose d’anxiété, confèrent crédibilité à tout ce qu’elle perçoit ou croit voir… 

Critique « It Lives Inside » (2023) : Jack in the box! - ScreenTune
© 2023 WW Entertainment

Petit bémol pour la créature qui hante non seulement les songes de Sam, mais le monde tangible ; bien que terrifiante dans son concept, elle n’est pas aussi réussie qu’espéré. Pishacha (Sanskrit : पिशाच, Piśāca) ne se dévoile que lentement : des yeux qui luisent dans un coin obscur, un fragment de silhouette volée aux ténèbres, une main aux longues griffes… Un procédé éprouvé depuis « Les dents de la mer » de Steven Spielberg mais enfin dévoilé, le monstre déçoit par son aspect assez classique.

Critique « It Lives Inside » (2023) : Jack in the box! - ScreenTune
© 2023 WW Entertainment

Et ses classiques, Bishal Dutta les connaît puisque nombre de scènes picorent allègrement dans d’autres films iconiques ; ici un rideau de douche qui se déchire (De Palma ou Hitchcock), là une victime qui se traîne dans un couloir, mais celui qui l’a visiblement le plus inspiré, semble être « Les griffes de la nuit » car Sam adopte un parcours comparable à celui de Nancy dans le film de Wes Craven en prenant lentement conscience de la menace surnaturelle qui la poursuit !

Critique « It Lives Inside » (2023) : Jack in the box! - ScreenTune
© 2023 WW Entertainment

Avec « It Lives Inside », Bishal Dutta réussit à nous offrir un film d’épouvante auquel il apporte une intéressante dimension sociologique qui pourrait faire une différence parmi les nombreux films du genre proposés chaque année.

NOTE :

0 /10

Invoquer le panthéon Hindou et ses démons, pour le mêler aux doutes intérieurs de son héroïne, prise au piège d’une mère la ramenant sans cesse à ses racines alors qu’elle tente de s’en émanciper était une idée scénaristiquement assez novatrice. Pour cette raison, nous avons apprécié « La chose vivant à l’intérieur » mais nous n’y avons malheureusement vu rien de plus qu’un Teenage-movie gentiment fantastique où l’héroïne se débat entre traditions et modernité. Le réalisateur s’est d’ailleurs bien gardé de déverser un flot d’hémoglobine au milieu des terribles combats de l’héroïne (dont les prestations remarquées gonflent la note).

Un point bonus pour les deux jeunes actrices indo-américaines (21 et 24 ans) dont la filmographie devrait bientôt s’étoffer.

Yves Legrand – Le 6 novembre 2023

Sources Photos : 

© 2023 WW Entertainment

Vous pourriez aussi aimer :

Critique de A Quiet Place (2018)

Avec « A Quiet Place », John Krasinski réussit un petit tour de force grâce à une mise en scène étriquée et bien aidé par un casting qui oblige le spectateur à rester attentif au moindre danger tapi dans l’ombre.
Si vous cherchez le film qui vous gardera tendu et silencieux pendant un moment, « this must be this place ».

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com