Publicités

L’ours qui sniffait !

Crazy Bear

Trois ans après le mauvais remake de « Charlie’s Angels » revoici l’actrice Elisabeth Banks en réalisatrice d’un film mettant en scène un ours cocaïnomane prêt à tout pour satisfaire son addiction dans « Crazy Bear »…

Notre avis se propose de vous offrir plus qu’une simple ligne…

Critique « Crazy Bear » (2023) : L’ours qui sniffait ! - ScreenTune
© 2023 Universal Studios & Sony Belgium

Synopsis :

Un trafiquant de cocaïne balance son fret au-dessus de Chattahoochee National Forest, en Géorgie. Les propriétaires accourent donc pour récupérer la marchandise mais ils se font devancer par… un ours qui s’en est mis plein les narines et a pris goût au produit…

Rassurez-vous, lecteurs de ScreenTune, nous n’allons pas nous contenter de ne faire qu’une ligne (de substance opiacée) pour donner notre opinion sur ce film de série B !

Critique « Crazy Bear » (2023) : L’ours qui sniffait ! - ScreenTune
© 2023 Universal Studios & Sony Belgium

Film sanglant et un brin perché par excellence ; l’histoire de « Crazy Bear » (« Cocaïne Bear » titre original) est inspirée d’un fait-divers tristement authentique puisqu’en 1985, un ours avait effectivement avalé de la cocaïne parachutée dans une forêt avant malheureusement de mourir d’overdose.

Un épisode tragique et rarissime dans le monde animal qui a donné des idées à Jimmy Warden, le scénariste, qui s’en donne à coeur joie avec un ours complètement cinglé, massacrant tout ce qui passe à portée de ses grosses paluches.

Critique « Crazy Bear » (2023) : L’ours qui sniffait ! - ScreenTune
© 2023 Universal Studios & Sony Belgium

Bien sûr il y a les dealers dont le regretté Ray Liotta, à la recherche des psychotropes perdus, mais aussi des touristes scandinaves, les rangers (du risque), des délinquants enthousiastes partis à la chasse miraculeuse et pour faire bonne mesure deux enfants innocents…sans oublier la mère de famille (Keri Russell) prête à tout pour les sauver.

Critique « Crazy Bear » (2023) : L’ours qui sniffait ! - ScreenTune
© 2023 Universal Studios & Sony Belgium

Face au gros balèze (en images numériques) assoiffé de cocaïne, la réalisatrice Elizabeth Banks ne s’est pas encombrée de vraisemblance et s’est écartée de tout récit historique pour aller au bout de son délire.  De notre point de vue cependant, « Crazy Bear » manque de rythme, de sensations fortes et d’humour… Peut-être aurions-nous dû nous aussi prendre un peu… de hauteur… pour apprécier car ces 95 minutes parurent longues…

NOTE :

0 /10

Honnêtement l’idée se tient, il y a bien eu « Razorback » de Russell Mulcahy en 1984, « Cujo » de Lewis Teague, sorti en 1983 et même la terrible « Christine » de Carpenter en 1983 mais pour les ours, notre préférence va à Jean-Jacques Annaud ou à celui du “revenant”… Au niveau des acteurs Keri Russell (« Felicity », « The Americans ») et O’Shea Jackson Jr. le fils de Ice Cube ne peuvent à la fois sauver et le film et leur peau …

Yves Legrand – Le 27 février  2023

Sources Photos : 

© 2023 Universal Studios & Sony Belgium

Vous pourriez aussi aimer :

Critique : Astérix et Obélix : L’empire du Milieu (2023) :  Par Confucius, ils sont fous ces gaulois ! - ScreenTune

Critique : Astérix et Obélix : L’empire du Milieu (2023) :  Par Confucius, ils sont fous ces gaulois !

10 ans déjà que nous ne sommes pas retournés dans ce petit village gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exit le duo mythique Clavier-Depardieu, place à Gilles Lellouche et Guillaume Canet pour incarner Astérix et Obélix dans « Astérix et Obélix : L’empire du Milieu ».

Notre critique ne va pas tomber à bras raccourcix sur le film mais en assumer le ying et le yang !

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com