Publicités

Un vent de fraîcheur et de poésie !

SIROCCO ET LE ROYAUME DES COURANTS D'AIR 

« Sirocco et le royaume des courants d’air » offre un souffle nouveau à l’animation européenne puisqu’il a reçu le prix du public au festival international d’animation d’Annecy 2023.

Notre critique vous offre un grand bol d’air et de féérie !

Critique « Sirocco et le royaume des courants d’air » (2023) : Un vent de fraîcheur et de poésie ! - ScreenTune
© 2023 Le Parc Distribution

Synopsis :

Juliette et Carmen, deux sœurs de 4 et 8 ans, vont passer le week-end chez Agnès, une écrivaine, l’amie de leur mère.   Cette dernière ayant travaillé toute la nuit sur la suite du Royaume des courants d’air, une série de livres pour enfants dont les sœurs raffolent souhaite faire une pause avant de prendre le goûter d’anniversaire de Juliette. Les filles cherchent de quoi s’occuper et vont commencer une aventure hors du commun par l’intermédiaire d’une marelle magique et d’un jouet qui parle. Elles sont catapultées dans un monde parallèle, le Royaume des courants d’air, dans lequel elles ont l’une et l’autre l’apparence d’un chat… Elles se perdent de vue et devront faire preuve de témérité et d’audace pour se retrouver. Avec l’aide de la cantatrice Selma, elles tenteront de rejoindre le monde réel en affrontant Sirocco, le maître des vents et des tempêtes… Mais ce dernier est-il aussi terrifiant qu’elles l’imaginent ?

Benoît Chieux a conçu « Sirocco et le royaume des courants d’air » dans un style dépouillé, proche de la ligne claire en bande dessinée et a créé un royaume dont le graphisme s’apparente à ceux de Isao Takahata (« Le Tombeau des lucioles » 1988) et Hayao Miyazaki (« Le Garçon et le Héron » en 2023), en particulier dans la façon d’envisager la mise en scène. Mais on y note aussi, dans les premières scènes, cette verticalité chère à Paul Grimault (« Le Roi et l’Oiseau » en 1980).

Critique « Sirocco et le royaume des courants d’air » (2023) : Un vent de fraîcheur et de poésie ! - ScreenTune
© 2023 Le Parc Distribution

En faisant le choix d’un dessin épuré, en apparence simpliste, en construisant l’espace à coup de grands aplats de couleur et de dégradés subtils pour créer de la profondeur, le réalisateur et l’équipe d’animation séduisent par un style différent très coloré et une histoire pleine de fantaisie et de subtilités dont certaines échapperont peut-être aux plus jeunes mais dont la magie les touchera à coup sûr.

Critique « Sirocco et le royaume des courants d’air » (2023) : Un vent de fraîcheur et de poésie ! - ScreenTune
© 2023 Le Parc Distribution

Le film peut compter sur le compositeur Pablo Pico (« L’extraordinaire voyage de Marona » 2019) pour prolonger la féerie visuelle par une autre musicale avec, entre autres, la performance de Celia Kameni pour le chant de Selma qui se ressent comme un mouvement respiratoire de flux et de reflux et force à l’émotion. 

Critique « Sirocco et le royaume des courants d’air » (2023) : Un vent de fraîcheur et de poésie ! - ScreenTune
© 2023 Le Parc Distribution

Attachant et poétique, Sirocco propose une alternative aux classiques dessins animés de la maison Disney et s’apparente clairement à un livre de contes qu’une adorable mamie ouvrirait et commencerait à raconter à ses petits-enfants…

NOTE :

0 /10

Le joli récit signé de Alain Gagnol (« Nina et le secret du hérisson » en 2023) offre un royaume plein de riches couleurs et de fantaisie (avec des crocodiles qui volent) en phase avec l’imaginaire des enfants de 6 à 12 ans. La note pour une histoire magique et innovante sans vrai méchant ni mélodrame. Une musique inventive et envoûtante et une mise en scène maîtrisée.

Un excellent choix pour sortir de l’univers des princesses…

Yves Legrand – Le 13 décembre 2023

Sources Photos : 

© 2023 Le Parc Distribution

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « The Pale Blue Eye » (2023) : Behind Bale Eye - ScreenTune

Critique « The Pale Blue Eye » (2023) : Behind Bale Eye

Nous avions quitté Scott Cooper après son sympathique « Affamés », le cinéaste derrière « Crazy Heart » perpétue son virage plus sombre avec « The Pale Blue Eye » disponible depuis ce 6 janvier sur Netflix.

Scott Cooper nous offre-t-il une belle surprise pour lancer l’année cinématographique sur Netflix ?

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com