Publicités

Les Héros sont fatigués

Marlowe

Centième apparition à l’écran du très aimé Liam Neeson dans le rôle de Philip Marlowe, la légende du roman noir dans « Marlowe » de Neil Jordan.

Notre critique se pare du mythique chapeau et se lance…

Critique « Marlowe » (2023) : Les héros sont fatigués ! - ScreenTune
© 2023 Just Entertainment - Parallel Films Ltd.

Synopsis :

Bay City, Californie, 1939. Le détective privé Philip Marlowe a bien du mal à trouver une enquête intéressante jusqu’à ce qu’il reçoive la visite d’une dénommée Clare Cavendish (Diane Kruger). Elle lui demande de retrouver la trace de son amant, Nico Peterson (François Arnaud), qui a récemment disparu sans laisser de trace.

Alors que son enquête avance, Marlowe identifie le club Corbata, réservé à l’élite financière de Los Angeles comme lieu de la dernière preuve de vie de l’amant. Le détective plonge dans les coulisses de l’industrie hollywoodienne et se fait, comme à son habitude, beaucoup d’ennemis…

Philippe Marlowe apparaît sous la plume de Raymond Chandler en 1939 dans « Le grand sommeil », adapté en 1946 par Howard Hawks avec pour la première fois à l’affiche, le couple que formait à la ville Humphrey Bogart et Lauren Bacall.

Critique « Marlowe » (2023) : Les héros sont fatigués ! - ScreenTune
© 2023 Just Entertainment - Parallel Films Ltd.

L’ouvrage devient très vite un classique de la littérature américaine et le roman noir par excellence. Le célèbre détective privé fait donc son retour au cinéma en 2023 dans un film inspiré d’un ouvrage de l’Irlandais John Banville (ami du réalisateur et récompensé du prix Booker) qui a repris le personnage dans un livre intitulé : « La Blonde aux yeux noirs ». 

L’adaptation est signée par William Monahan, « Oscar du meilleur scénario » adapté pour le film de Martin Scorsese « Les Infiltrés ».

Critique « Marlowe » (2023) : Les héros sont fatigués ! - ScreenTune
© 2023 Just Entertainment - Parallel Films Ltd.

Pour son centième film, Liam Neeson retrouve Neil Jordan après Michael Collins (1996) et « Breakfast on Pluto » (2005) et enfile le costume d’un personnage mythique incarné par une flopée d’acteurs connus outre Humphrey Bogart, il fut joué par George Montgomery, Dick Powell, James GarnerRobert Mitchum (deux fois) et Elliott Gould.

De notre point de vue, Liam Neeson est trop âgé pour le rôle d’ailleurs dans le rapport de séduction (figure imposée du roman noir) qui devrait se créer entre lui et sa cliente Clare interprétée par une Diane Kruger toute empreinte de glamour et de piquant ; Marlowe lui confie qu’il s’estime trop vieux pour ses avances… Le classique jeu de séduction du roman noir tourne donc au flirt à sens unique. Quant à Jessica Lange, trop rare au cinéma (depuis 2015), elle incarne une star has been qui ne se laisse pas faire et mène son entourage d’une main de fer.

Critique « Marlowe » (2023) : Les héros sont fatigués ! - ScreenTune
© 2023 Just Entertainment - Parallel Films Ltd.

Ce n’est sans doute pas un hasard quand il faudra jouer des poings si Neil Jordan, le réalisateur, offre à Marlowe un soutien balèze dans la seconde et cruciale partie de son enquête en la personne de Cédric (Adewale Akinnuoye-Agbaje vu dans « Lost » et « Suicide Squad »).

Si Liam Neeson coiffe avec un certain plaisir le chapeau du célèbre privé pour démêler les fils d’une sombre affaire de disparition fin des années 1930, on ne peut cependant que constater avec la même nostalgie que Neil Jordan que le héros est fatigué… A l’instar du décorateur du film John Beard qui signe une reconstitution (mais en Espagne) d’un Los Angeles digne du Babylon de Damien Chazelle ; tout en strass et paillettes à l’extérieur mais grandement pourri de l’intérieur…

NOTE :

0 /10

Neil Jordan s’appuie sur un scénario signé William Monahan (« Kingdom of Heaven », « Oblivion »), adapté du roman « La Blonde aux yeux noirs », de Benjamin Black, qui s’était réapproprié le personnage fétiche de Chandler, mais avait placé son récit dans les années 1950.

Le film se regarde, s’apprécie pour Diane Kruger et Jessica Lange (surtout en VO) et pour la jolie collection de voitures historiques mais l’histoire proposée n’est pas impérissable et le suspense absent.

Yves Legrand – Le 12 mars  2023

Sources Photos : 

© 2023 Just Entertainment – Parallel Films Ltd.

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « The Whale » (2023) : Charlie et l’impossible quête ! - ScreenTune

Critique « The Whale » (2023) : Charlie et l’impossible quête !

« Mother! » était le dernier film de Darren Aronofsky ; en 2023, le réalisateur adapte « The Whale » la pièce de Samuel D. Hunter créée en 2012 à New York. Brendan Fraser y incarne un homme en état d’obésité morbide soucieux de renouer avec sa fille.

Notre avis voit en Charlie un capitaine Achab étouffé sous le poids des regrets !

Lire plus »
Critique « Winter Break » (2023) : Les oubliés de Noël - ScreenTune

Critique « Winter Break » (2023) : Les oubliés de Noël

En cette période de fêtes, le cinéma se met au diapason de la féerie ambiante avec la sortie de l’un ou l’autre film de Noël, et celui dont tout le monde parle, c’est « Winter Break ».
Une comédie douce-amère au style rétro est le succès inattendu de cette fin d’année.

Notre avis sur ce film peu banal.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com