L’amour à mort ?

Le Dernier Duel

Quarante-quatre ans après son premier film, « Duellistes » : comme un clin d’œil au temps qui passe, Ridley Scott renoue avec la période médiévale avec « Le Dernier Duel » scénarisé par Matt Damon et Ben Affleck d’après un récit historique.  

Nous avons relevé le gant de vous donner notre avis sans rien vous révéler du « Jugement de Dieu ».

Critique « Le Dernier Duel » (2021) : L’amour à mort ? - ScreenTune
© 2021 20th Century Studios - The Walt Disney Company Benelux

Synopsis :

Inspiré de faits réels et relatés, le dernier duel judiciaire connu en France aussi dénommé “Jugement de Dieu” opposa Jean de Carrouges à Jacques Le Gris, deux amis devenus des rivaux acharnés. Carrouges est un honorable chevalier, connu pour sa bravoure et son habileté sur le champ de bataille. Le Gris est un écuyer normand dont l’intelligence et l’éloquence en font l’un des nobles les plus admirés de la cour. Lorsque Marguerite, la femme de Carrouges, est violemment agressée par Le Gris (une accusation que ce dernier récuse) elle refuse de se taire, et n’hésite pas à dénoncer son agresseur, un acte de bravoure et de défi qui la place en grand danger d’être brûlée vive pour faux témoignage. Le combat qui s’ensuit est un éprouvant duel à mort remettant la destinée des duellistes entre les mains de Dieu.

Ridley Scott a un talent exceptionnel pour le récit historique (« Gladiator », « Kingdom of Heaven », « Robin de Bois »). Et une fois encore il se surpasse en nous offrant le Moyen-Âge comme rarement. Ce n’est pas tant l’histoire contée certes captivante mais bien l’écrin historique que le réalisateur et son équipe sont parvenus à magnifier en choisissant la Dordogne, Monpazier et les châteaux de Beynac et de Fenelon ou encore l’abbaye de Fontfroide (Narbonne) qui devrait vous passionner. Tout est éblouissant dans « Le Dernier duel » ; des éclairages aux ambiances plus intimistes, des combats sanglants aux charges à cheval, des costumes soyeux aux décors naturels. Le perfectionnisme de Ridley Scott nous permet ainsi de profiter de vrais feux de cheminée (dont on entend les braises siffler) dans d’immenses et authentiques âtres moyenâgeux.

Critique « Le Dernier Duel » (2021) : L’amour à mort ? - ScreenTune
© 2021 20th Century Studios - The Walt Disney Company Benelux

Initialement les deux scénaristes s’étaient répartis les rôles principaux mais l’agenda d’Affleck ne lui permit pas d’avoir un des rôles et fort opportunément c’est Adam Driver qui incarnera remarquablement Jacques Le Gris face à un Matt Damon (Carrouges) décidément au sommet de son art. Pour compléter cet improbable « triangle amoureux », l’excellente Jodie Comer, récompensée en 2019 d’un British Academy et d’un Emmy Tv Award de meilleure actrice pour son rôle de Villanelle dans la série « Killing Eve » écrite et réalisée par Phoebe Waller –Bridge (James Bond : « Mourir peut attendre »).

Critique « Le Dernier Duel » (2021) : L’amour à mort ? - ScreenTune
© 2021 20th Century Studios - The Walt Disney Company Benelux

Le scénario s’inspire du livre « Le Dernier Duel : Paris 29 décembre 1386 » d’Eric Jager, qui relate ces faits historiques. Le réalisateur s’est souvenu de ses classiques en optant pour trois angles de perception d’un même évènement comme le fit Akira Kurosawa dans « Rashōmon » (1950), forme devenue depuis une référence. La première version est celle de Jean de Carrouges, la deuxième expose celle de l’agresseur Jacques Le Gris, la troisième s’attache au témoignage de la victime, Marguerite de Carrouges. Trois versions, trois perceptions différentes d’une même histoire mais divergentes avec subtilité selon le rôle des protagonistes.

Le suspense se nourrit de ces ambiguïtés dès lors l’affrontement lors de la joute n’en est que plus remarquable. Jamais le dénouement n’est prévisible et le réalisateur instille le doute jusqu’au bout.

Critique « Le Dernier Duel » (2021) : L’amour à mort ? - ScreenTune
© 2021 20th Century Studios - The Walt Disney Company Benelux

Ridley Scott est bien l’un des derniers cinéastes classiques, l’un des seuls à faire rimer excellence avec tradition. Outre une intrigue passionnante dont l’écho porte jusqu’à aujourd’hui où les plaintes des femmes ne sont pas toujours entendues. Il cultive le sens de l’esthétique et du beau à un niveau rare au cinéma. Quant à sa direction d’acteurs, elle est sans faille.

Note : 8/10

Trois acteurs investis et des décors d’une beauté qui donne envie de filer en Dordogne sur les pas de Matt Damon.

Yves Legrand– Le 16 octobre 2021

Sources Photos :

  • © 2021 20th Century Studios – The Walt Disney Company Benelux

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « Le Mans 66 » (2019) : Ford Focus

« Le Mans 66 » revient sur l’affrontement mythique entre le constructeur automobile américain et l’écurie italienne pendant la célèbre course des 24h du Mans.
Auréolé de plusieurs nominations aux Oscars, « Le Mans 66 » est porté par son duo d’acteurs confirmés (Matt Damon et Christian Bale). Verdict.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com