Soigner, isoler et dépouiller

I Care a Lot

Netflix a remporté un nouveau Golden Globe pour « I Care a Lot », une comédie noire totalement immorale que n’aurait pas renié le grand Alfred mais qu’il aurait sans doute su magnifier à sa façon.

Notre avis sans trop dévoilé la trame…

Critique « I Care a Lot » (2021) : Soigner, isoler et dépouiller... - ScreenTune
© 2021 Netflix, Inc.

Synopsis :

Marla Grayson est une tutrice professionnelle, commerce lucratif consistant à gérer les biens de personnes âgées. Pour développer son business, elle dispose d’un réseau comprenant directeur de maison de retraite, médecin et un juge influençable. Tout semble aller pour le mieux mais Marla n’en a jamais assez et pense découvrir une perle en la personne de Jennifer Peterson (la double oscarisée Dianne Wiest), une dame âgée, cultivée, indépendante, propriétaire d’une charmante maison et… sans famille…

L’intérêt du film proposé sur Netflix repose essentiellement sur l’effet de surprise raison pour laquelle nous parlerons peu des rôles de l’excellent Peter Dinklage (« Game of Thrones ») et d’Eiza Gonzalez (« Bienvenue à Marwen » ; « Alita » et « Baby Driver ») qu’on reverra bientôt dans « Ambulance » et « Godzilla VS Kong ») les autres principaux protagonistes du long métrage. Il s’agit aussi un domaine d’arnaques plus difficile à accepter pour le public européen puisqu’il existe chez nous plus de garde-fous à la mise sous tutelle d’une personne âgée ne serait-ce que la durée d’attente avant décision du juge des tutelles qui prend environ six mois !

Critique « I Care a Lot » (2021) : Soigner, isoler et dépouiller... - ScreenTune
© 2021 Netflix, Inc.

L’excellente Rosamund Pike (« Gone Girl » ; « Jack Reacher ») est l’héroïne du troisième long-métrage du scénariste et réalisateur britannique J Blakeson (« La disparition d’Alice Creed » 2010 avec Gemma Arterton) pour lequel elle vient de recevoir le Golden Globe de la « meilleure actrice dans une comédie ».

Nous n’allons pas épiloguer sur l’idée d’une comédie car il s’agit plutôt d’un drame manichéen où une prédatrice sans aucun scrupule, s’attaque à des personnes âgées vulnérables. Après les avocats véreux, ceux qui suivent les ambulances (tel Joe Pesci dans « L’Arme Fatale 2 »), les juges qui se font justice eux-mêmes (comme dans « La nuit des juges » avec Michael Douglas) voici la tutrice professionnelle, un rapace d’une espèce non encore exploitée au cinéma mais qui sévit dans une société américaine où les individus avides de réussite ne s’embarrassent d’aucun tabou pour assurer leur profit…

D’après le scénariste- réalisateur, il s’agit d’un commerce fort lucratif (300.000 personnes en seraient victimes aux USA) consistant à chasser les personnes sans famille, âgées et fortunées pour les envoyer en maison de retraite, les abrutir de médoc et en profiter pour les spolier.

Critique « I Care a Lot » (2021) : Soigner, isoler et dépouiller... - ScreenTune
© 2021 Netflix, Inc.

Il y a dans ce film une idée et un personnage central que n’aurait pas renié Alfred Hitchcock mais on se prend à rêver de ce que le Maître aurait fait de sa blonde et sulfureuse héroïne et gageons qu’il aurait rendu cette comédie irrévérencieuse et immorale encore plus poignante, jouissive et absurde…

Un divertissement intéressant mais où certaines situations paraissent peu réalistes quant à la morale…

Note : 6,5/10

Yves Legrand– Le 8 mars 2021

Sources Photos :

  • © 2021 Netflix, Inc.

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « Mank » (2020 : Il ne Mank rien ! - ScreenTune

Critique « Mank » (2020) : Il ne Mank rien !

6 ans après « Gone Girl », Fincher réalise son premier film Netflix avec « Mank » pour nous raconter l’histoire du scénariste Herman J. Mankiewicz interprété par Gary Oldman.
Un concurrent sérieux pour les Oscars qui échappent à Fincher depuis tant d’années ? Verdict !

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com