Et si des beaux-parents adoraient leur gendre ?

Beaux-Parents

Nous vous avons récemment relaté les nombreuses sorties de Blockbusters qui vont continuer à rythmer l’été aussi nous vous invitons à une alternative ; une comédie française dans la lignée de « Tanguy 2 » et « Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? ».

Que vaut ce vaudeville de Hector Cabello Reyes coscénarisé avec Bénabar sur une histoire de ce dernier ?

Synopsis :

Coline et André sont en parfaite harmonie avec leur fille, Garance, et leur gendre Harold. Mais Garance sur un gros malentendu vire Harold et ordonne à ses parents de ne plus jamais le revoir. Ne pouvant s’y résoudre, les beaux-parents devront mener une double vie pour continuer à voir leur gendre adoré à l’insu de leur fille…

Déjà l’idée est originale et pas souvent traitée en comédie ; des beaux-parents aimant tellement leur gendre que quand leur fille le jette, eux ne peuvent s’y résoudre.

Le film offre à Didier Bourdon et Josiane Balasko des rôles en adéquation avec leur âge sans pour autant les brider dans leurs capacités comiques. Ils sont simplement justes de ton comme leur gendre Harold (Bénabar juste et touchant). Le film leur offre beaucoup de belles scènes de pure comédie de boulevard, mais aussi quelques trouvailles scénaristiques comme celle du restaurant ou celle du petit-déjeuner interrompu.

Certes c’est un vaudeville avec des clins d’œil à la Feydeau mais ce n’est pas la grosse farce. Au contraire l’idée est même originale pour une fois on s’inquiète des sentiments des beaux-parents dans le cas de la rupture de leur enfant… Si vous avez aimé les deux comédies citées ci-dessus et que vous souhaitez éviter la canicule sans vous retrouvez dans la savane du « Roi Lion » ou sur les toits avec « Spiderman » n’hésitez pas.  Vous passerez un chouette moment et vous ressortirez dans la moiteur d’un soir de juillet le sourire aux lèvres.

En conclusion, une agréable comédie gauloise pas si prévisible que vous croyez, habilement orchestrée par le duo Bourdon – Balasko, drôles, touchants et cohérents en beaux-parents écartelés entre leur fille et leur gendre. Une mention à Bruno Salomone en patron handicapé mais à la libido exacerbée.

Note : 6,5/10

Yves Legrand – Le 27 juillet 2019

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com