Publicités

Vengeance pour la femme du mort ! 

Vengeances (Woman of the Dead)

Disponible sur Netflix , « Vengeances » (« Woman of the dead ») est une série autrichienne pas banale qui pourrait attiser votre intérêt au sortir des pistes de ski.

Notre avis se glisse dans une vallée du Tyrol qui semble cacher bien des secrets !

Critique « Vengeances » (Woman of the Dead) (2022) : Vengeance pour la femme du mort ! - ScreenTune
© 2022 Netflix, Inc

Synopsis :

Brünhilde Blum (Anna Maria Mühe), est à la tête de l’entreprise de pompes funèbres héritée de ses parents. Elle est aussi une mère aimante de deux enfants lorsque sa vie paisible est  bouleversée par la mort brutale de Mark (Maximilian Kraus), son mari renversé sous ses yeux par un chauffard qui prend la fuite. Lorsqu’elle réalise que le prétendu accident était en fait un meurtre, Blum commence à chercher des réponses…

Basé sur « Totenfrau » (traduction : « la femme du mort ») un roman de Bernhard Aichner, « Vengeances » (« Woman Of The Dead ») est une mini série thriller au scénario en apparence assez simple sauf que l’accident mortel du mari de Blum n’est que la petite boule de neige à l’origine d’une future grosse avalanche au sein d’une petite ville du Tyrol hantée par les secrets. 

Critique « Vengeances » (Woman of the Dead) (2022) : Vengeance pour la femme du mort ! - ScreenTune
© 2022 Netflix, Inc

Chez ScreenTune, nous aimons vous emmener loin des sentiers battus et vous proposer des alternatives originales aux classiques enquêtes policières. C’est encore le cas ici, avec un personnage principal qui au départ n’a rien des caractéristiques d’un justicier. Blum est une thanatopractrice, mère de deux enfants : Nela, une adolescente (Emilia Pieske) et  Tim (Lilian Rosskopf) un jeune garçon passionné par l’espace.
Lorsque Mark, son mari policier, est tué sous ses yeux, son premier réflexe est de pousser la police à retrouver le chauffard sauf que très vite ,en récupérant la moto accidentée ,elle va découvrir une autre raison possible à la mort de son époux…

En dire plus serait faire injure aux nombreuses surprises que réservent la série; en effet en jouant sur les évocations de la vie de Blum, le téléspectateur va aller d’interrogation en interrogation sur la personnalité exacte de cette enfant adoptée par un couple propriétaire d’une entreprise de pompes funèbres dont elle fera, à leur mort accidentelle, à son tour, son métier.

Mais Blum n’est pas une croquemort comme les autres; comme dans la série « Balthazar », elle entretient un « contact » direct avec les défunts…

Une vallée, une station de ski, des intérêts divergents; voilà des ingrédients déjà utilisés  dans d’autres séries comme dans « Glacé » ou le récent « le meilleur d’entre nous » mais ce qui va vous passionner dans « Vengeances » c’est une intrigue à tiroirs et une justicière qui n’a rien d’une héroïne écervelée.

Critique « Vengeances » (Woman of the Dead) (2022) : Vengeance pour la femme du mort ! - ScreenTune
© 2022 Netflix, Inc

Les six épisodes de ce thriller autrichien menés à un rythme soutenu permettent à Blum (l’excellente Anna Maria Mühe vue dans Bauhaus , Dogs of Berlin), une femme passionnée  prête à tout , de venger son mari mais aussi de rendre justice aux autres victimes d’un effroyable complot perpétré par des notables impunis.

Une mini-série intéressante  pleine de zones grises basée sur un excellent roman assez loin des canevas habituels.

NOTE :

0 /10

Certains pourraient s’étonner de la note mais de notre point de vue la mini-série aurait dû avoir une conclusion définitive et non ouvrir une porte sur une potentielle seconde saison. Mais il est vrai que le personnage de Blum est attachant et riche de mystères non encore résolus.

Anna Maria Mühe campe avec une belle énergie un personnage aux multiples facettes mais elle est un peu seule entourée de seconds rôles parmi lesquels  Felix Klare, Hans Uwe Bauer, Michou Friesz (Johanna Schoenborn)moins développés et donc moins intéressants si ce n’est Reza Shahid l’assistant et réfugié syrien (Yousef Sweid).

À voir si l’éventuelle suite sera aussi bien rythmée !

Yves Legrand – Le 19 janvier 2023

Sources Photos : 

© 2022 Netflix

Vous pourriez aussi aimer :

Critique de « Dark » (2017-2020) : Zurück in die Zukunft.

Première série allemande produite par Netflix, « Dark » nous embarque dans les méandres du temps avec une métaphore complexe et captivante de la réalité.
On parle souvent de « Deutsche Qualität » pour mettre en avant la qualité des produits fabriqués outre-Rhin, reste à voir si « Dark » en est digne.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com