Publicités

« Et ça c’est pour Pearl ! »

Midway

Roland Emmerich est un réalisateur qui alterne le bon (le mythique « Stargate », les blockbusters « Independance Day », « The Patriot » avec Mel Gibson et Heath Ledger, « 2012 ») et le nettement moins bien (« 10.000 », « Anonymous » et le « Independance Day résurgence »). Cette fois il s’attache à nous faire redécouvrir un pan immense de la seconde guerre mondiale ; LA bataille navale qui a changé le cours de la guerre du Pacifique, l’équivalent (loin de toute terre) de ce que fut la bataille d‘Angleterre. Celle qui fit dire à Winston Churchill : « Jamais tant de gens n’ont dû autant à si peu ».

Porté par des moyens technologiques importants « Midway » reprend la trame du « Pearl Harbor » de Michael Bay (2001) fusionné au « Midway » (1976) de Jack Smight mais Roland Emmerich a-t-il réussi son lifting ?

Synopsis :

Après le drame de l’attaque surprise sur Pearl Harbor qui a laissé la flotte américaine dévastée, la marine impériale japonaise prépare une nouvelle attaque qui devrait éliminer définitivement les faibles forces aéronavales américaines et lui ouvrir les portes de la côte ouest des Etats-Unis. La campagne du Pacifique va se jouer dans un petit atoll isolé du Pacifique nord : Midway.

Pour la jeune génération qui ignore souvent les tenants et les aboutissants de la seconde guerre mondiale, ce film est une remarquable piqûre de rappel. Il est moins pro américain (ce qui est logique de la part d’un réalisateur européen) que celui de 1976, plus complet et plus équilibré que celui de Michael Bay dans lequel il puise cependant quelques plans et idées mais surtout il retrace pas à pas les éléments constitutifs de ce qui va provoquer l’agression de Pearl Harbor.

Concentré d’adrénaline et de scènes  extraordinaires, de combats aériens dans lesquels le réalisateur retrouve le souffle  épique qui fit le succès d’ « Indépendance Day ». « Midway » est esthétiquement et techniquement réussi, alternant remarquablement les petites histoires (des pilotes, des épouses) dans la Grande Histoire.

Emmerich signe un excellent film historique. Certes ce n’est pas « Dunkerque » et ses partis pris esthétiques mais la direction d’acteurs est brillante et dynamique ; Ed Skrein, Patrick Wilson, Luke Evans et Woody Harrelson font le job et donnent vie et corps à leur personnages dans un environnement reconstitué avec soin même si le numérique est très présent .

Cependant ce n’est pas toujours un défaut au contraire dans un drame historique de cette ampleur il concoure à nous immerger complètement dans les combats et nous conscientiser du courage et du sacrifice de ces hommes, de ces héros.

Un excellent drame historique qui mériterait de trouver son public y compris parmi les jeunes spectateurs. « La mer se souvient des siens ».

Note : 6,5/10

Yves Legrand – Le 6 novembre 2019

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « Parasite » (2019) : Persona non grata.

Auréolé de la Palme d’or à Cannes en mai dernier, « Parasite » signé Bong Joon-ho débarquait dans les salles belges début septembre précédé d’une fameuse réputation tant il avait fait sensation sur le Croisette avec l’obtention de la récompense suprême à l’unanimité.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com