Publicités

La jeune fille qui marivaude !

La Plus Belle pour aller danser 

Scénariste, la fille de Guy Bedos et sœur de Nicolas, passe à son tour derrière la caméra avec « La Plus Belle pour aller danser », une comédie sur les thèmes de la relation père/fille, de l’adolescence et de la quête d’identité.

Notre avis sans jouer « La commère » (1741) ne va pas vous faire de « fausses confidences » (1737) !

Critique « La Plus Belle pour aller danser » (2023) : La jeune fille qui marivaude ! - ScreenTune
© 2023 O'Brother Production & Versus Production

Synopsis :

Marie-Luce Bison (Brune Moulin), 14 ans, est une jeune fille timide, mal dans sa peau et transparente au lycée. Elle est élevée par son père (Philippe Katerine) dans une joyeuse pension de famille pour seniors dont il est le directeur.  Le jour de la rentrée, elle tombe sous le charme d’un nouvel élève, Émile (Loup Pinard).

Pour se rapprocher de lui, Albert (Pierre Richard), son meilleur ami de 80 ans encourage Marie-Luce à s’incruster dans une soirée déguisée à laquelle elle n’est pas invitée. Vêtue comme un homme, Marie-Luce dit s’appeler Léo et séduit tout le monde, dont Émile. Le stratagème fonctionne tellement bien que Marie-Luce décide de continuer à le fréquenter hors de l’école sous le déguisement de Léo.  Bien entendu, à la maison, la relation avec son père se complique…

On vient à peine de vous narrer un film qui se déroulait dans une maison de retraite… qu’on y retourne ! Sauf que le scénario de cette comédie signée par Victoria Bedos (« La famille Bélier » en 2015) et Louis Pénicaut n’aborde pas du tout les mêmes thématiques que « Quand tu seras grand ».

Critique « La Plus Belle pour aller danser » (2023) : La jeune fille qui marivaude ! - ScreenTune
© 2023 O'Brother Production & Versus Production

La joyeuse bande de seniors (Firmine Richard, Patrick Paroux, Pierre Richard) qui vit, sous le même toit que Marie-Luce, déborde d’attention pour la jeune fille et même si certains ont un comportement plus confus que d’autres comme Henri (Olivier Saladin) et Jean-Jacques (Guy Marchand), tous donnent de l’occupation à Vincent Bison (Philippe Katerine) un père qui n’arrive plus à suivre l’évolution de son adolescente. 

Pour son premier film en tant que réalisatrice, Victoria Bedos a choisi de raconter les conséquences d’un mensonge d’amour et du travestissement ; un thème cher à Marivaux !

Critique « La Plus Belle pour aller danser » (2023) : La jeune fille qui marivaude ! - ScreenTune
© 2023 O'Brother Production & Versus Production

C’est un pari un brin osé qui débouche sur une comédie drôle, enlevée, portée par une jeune actrice très bien entourée par des acteurs confirmés et brillants. Certes tout n’est pas parfait dans cette première réalisation et on regrettera, peut-être, la volonté de donner des clés de réponse dans le générique de fin plutôt que de conclure ce marivaudage assumé (Marie-Luce lit des passages de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux 1688-1763 en classe) par « un jeu de l’amour et du hasard » plus en phase avec notre époque.

Critique « La Plus Belle pour aller danser » (2023) : La jeune fille qui marivaude ! - ScreenTune
© 2023 O'Brother Production & Versus Production

Une comédie française touchante par son côté genré avec une jeune actrice Brune Moulin (Prix d’Interprétation féminine à l’Alpe d’Huez 2023) dont on reparlera certainement tant son passage de l’adolescente complexée au garçon charismatique orchestré avec un naturel déconcertant est une réussite !

NOTE :

0 /10

C’est toujours un plaisir de voir Pierre Richard à l’écran et malgré son âge (88 ans), ses yeux rieurs confirment que lui aussi continue de s’amuser à jouer la comédie puisqu’en quelques mois il aura collaboré à « Astérix l’empire du milieu » ; « Jeanne du Barry » et à « La Plus Belle

Sans être un personnage central de ce film choral, il incarne un bon génie pour cette ingénue en mal d’amour (maternel) et en proie aux premiers émois de l’adolescence. Un moment de pur plaisir sans prise de tête.

Yves Legrand – Le 10 juin  2023

Sources Photos : 

© 2023 – O’Brother  : http://www.obrother.be/la-plus-belle-pour-aller-danser.html

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « Rebel Moon - Partie 2 : L'Entailleuse » (2024) : Space Opère pas ! - ScreenTune

Critique « Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse » (2024) : Space Opère pas !

Après une première partie plus que décevante avec « Rebel Moon – Partie 1 : Enfant du Feu », Zack Snyder est de retour sur Netflix avec « Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse ».

Un second volet qui devait convaincre toute le monde que Zack Snyder et son space opera faisait partie du haut du panier des grandes fresques de Science-Fiction.

Autant vous dire toute suite que notre avis va entailler tout cela comme il faut !

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com