Eux, petits, drôles et marrants !

Comme des bêtes 2

Illumination (la saga « Moi, Moche et méchant », « Les Minions ») nous propose logiquement une suite à l’excellent « Comme des bêtes » dont on préfèrera le titre anglais plus humoristique « The secret life of pets » qui fait clairement écho à la vie secrète de nos chers jouets : « Toy Story » !

Alors ce deuxième opus comblera-t’il nos charmantes têtes blondes durant un après-midi pluvieux ou pour échapper aux grosses chaleurs estivales ?

Synopsis :

Max doit faire face à un grand bouleversement. Sa maîtresse Katie s’est mariée et a eu un adorable bébé, Liam. Max est tellement obsédé par la garde du petit qu’il en développe des troubles  du comportement. Lors d’un séjour en famille à la ferme, Max et Duke vont faire la connaissance de vaches intolérantes aux canidés, de renards hostiles et d’une dinde terrifiante, ce bestiaire paysan ne va évidemment pas arranger l’anxiété de Max. Heureusement, Rico (Harrison Ford en VO), le vieux chien de la ferme,  le pousse à dépasser ses névroses, afin de trouver l’Alpha qui sommeille en lui et laisser le petit Liam enfin respirer. Max, Pompon, Gidget et tous leurs potes trouveront ils le courage d’affronter leurs plus grandes peurs ?

Le réalisateur Chris Renaud remet donc le couvert après le gros succès du premier long métrage et développe un peu plus l’univers de Max, Duke,  le super lapin Pompom et l’énigmatique Chloé sans oublier l’amoureuse Gidget. Disons-le sans détour le succès sera au rendez-vous auprès des plus jeunes tant nos amis à quatre pattes ont un comportement troublant de réalisme.

Les progrès de l’animation semble sans limites et on admirera la technique du plan nocturne à la ferme ou encore l’incroyable scène de Gidget et du pointeur laser. Le synopsis est explicite, le film se décompose en deux parties ; la première s’intéresse à la nouvelle vie de Max et à sa capacité de laisser grandir le bébé (Liam) sans rester constamment aux aguets. Un comportement qui ne sera pas sans interpeller les parents spectateurs. La seconde verra les amis de Max en mission sauvetage à travers New-York.

Un dessin animé comme on les aime, drôle, émouvant, pétri de bons sentiments, de bons mots et mélangeant habilement les moments de comédie et d’aventure.

Le film installe définitivement Super Pompom au rang des plus grands super-héros tout au moins auprès des plus petits…

Note : 7,5/10

Yves  Legrand – Le 29 juin 2019

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « Parasite » (2019) : Persona non grata.

Auréolé de la Palme d’or à Cannes en mai dernier, « Parasite » signé Bong Joon-ho débarquait dans les salles belges début septembre précédé d’une fameuse réputation tant il avait fait sensation sur le Croisette avec l’obtention de la récompense suprême à l’unanimité.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com