Cruise Control

Mission Impossible 6 : Fallout

Tom Cruise et toute sa bande sont de retour pour une nouvelle mission si toutefois qu’ils l’acceptent avant que ce message ne s’autodétruise. De « Mission Impossible » de Brian De Palma à « Mission Impossible : Rogue Nation », Tom Cruise a construit l’une des franchises d’action les plus solides, appréciées et importantes dans le paysage cinématographique de ces dernières années. Une saga qui continue avec un sixième épisode intitulé « Fallout » à nouveau réalisé par le bon copain de Tom Cruise : Christopher McQuarrie.

« Fallout » a la jolie particularité d’être une suite directe des deux précédents films (là où les trois premiers ne suivaient pas forcément cette exigence scénaristique).

De plus, il possède quelques différences notables par rapport à ses prédécesseurs comme un réalisateur qui met en scène un second épisode (Christopher McQuarrie a réalisé « Rogue Nation »), première fois qu’un personnage féminin revient dans un rôle important (la toujours excellente Rebecca Ferguson), première fois également qu’un antagoniste est de retour (Sean Harris).

Ce sixième opus se pose comme un épisode charnière dans la saga lancée en 1996, et adaptée de la série culte des années 60, il n’en est donc que plus intriguant.

Tom Cruise accomplit-il sa mission de nous sauver de ce désert cinématographique estival pour le moins pauvre en blockbusters satisfaisants ?

923112

Sur le papier ce nouveau volet des aventures d’Ethan Hunt a tout pour plaire, même si on peut craindre un essoufflement de la franchise. La mission est pourtant entièrement réussie à l’écran. Sous ses airs d’apothéose apocalyptique, « Mission Impossible : Fallout » a su puiser habilement le carburant nécessaire dans les cinq précédents films pour offrir aux spectateurs une aventure particulièrement tendue et agréable.

Un petit monument de spectacle dantesque aux innombrables prouesses acrobatiques grâce à un Tom Cruise toujours aussi fou à lier pour réaliser lui-même des cascades plus dingues les unes que les autres.

Du haut de ses 56 ans, la star de « Né un 4 juillet » se dépense sans compter. Que ce soit à pied, en moto, en voiture ou en hélicoptère, il se dédie entièrement à son art pour bonifier la qualité d’un spectacle tonitruant.

Mais au-delà de la performance de son acteur star, Christopher McQuarrie réalise un travail méticuleux grâce à une mise en scène virtuose qui met particulièrement en valeur les cascades impressionnantes d’un film qui l’est tout autant. Le metteur en scène du premier « Jack Reacher » multiplie les plans magnifiques avec un style d’une étonnante beauté entre cadrages travaillés et jeux de lumières fascinants.

Le réalisateur ne se contente pas seulement de bien filmer l’action, il la sublime en élaborant une mise en scène recherchée. Il suffit de voir avec quel talent le cinéaste arrive à offrir aux spectateurs des scènes parfaitement pensées (la chute libre au-dessus de Paris est visuellement superbe, comme le combat d’une grande brutalité dans les toilettes du Grand Palais ou encore la course poursuite en hélicoptères) pour se souvenir que la saga a offert quelques-uns des moments d’action les plus mémorables de ces dernières années.

Un film soutenu par un rythme parfois trop lent, notamment dans la mise en place de ses enjeux dramatiques mais qui monte crescendo pour offrir un déluge de suspense sous forme de course contre la mort.

« Fallout » se perd cependant parfois dans une intrigue un peu maladroite, surtout au niveau de ses révélations trop prévisibles. Au final, on ne cherche même plus à comprendre ses ressorts narratifs pour se concentrer seulement sur les grandes lignes, sur le spectacle et la globalité de ses tenants et aboutissants généraux.

Pourtant, il va vite rattraper le coup en accélérant le rythme tout en offrant une dernière heure dantesque et solide.

Avec ce nouvel épisode, la franchise montre sa capacité à se transformer et se remodeler autour de ses scènes d’action. Avec un savoir-faire technique indéniable, un Tom Cruise toujours plus démesuré, la saga « Mission Impossible » prouve qu’elle est ce qui se fait de mieux actuellement en termes de cinéma d’action.

Mais l’action ne fait pas tout, pour vivre toutes ces péripéties, il faut aussi un casting crédible. La très bonne idée de cet opus est d’avoir été rechercher les personnages des précédents épisodes mais aussi, d’avoir choisi Henry « Superman » Cavill. Si le film est si agréable à suivre c’est également en partie grâce à l’acteur de « Man of Steel ». L’interprète de Clark Kent est avant tout une vraie masse de muscles charismatique bien choisi pour être le contre-pied parfait de Tom Cruise.

Une saga qui a clairement compris la nécessité de ne pas maltraiter ses personnages, mais au contraire, de les replacer au centre de la machine et les utiliser à bon escient pour se réinventer une bonne fois pour toute.

Après cinq films, on aurait pu penser que la saga serait à bout de souffle et à court d’idées, il n’en est rien. « Mission Impossible : Fallout » est un blockbuster tonitruant voire même hallucinant à certains moments. Une œuvre qui remplit avec brio sa mission de divertissement grâce à des acteurs impliqués et une mise en scène recherchée. Un parfait mélange d’action brute et de maîtrise à savourer sans modération.

Note : 7,5/10

Julien Legrand- Le 3 août 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn