tel un phénix qui renaît de ses cendres

Patients

Mettre en scène le handicap physique n’est pas chose aisée, beaucoup de paramètres entrent en ligne de compte : à commencer par la typologie, le handicap peut se manifester sous de nombreuses formes, il peut être apparu dès la naissance mais il peut aussi résulter d’autres évènements, comme un accident. La manière de réagir face à celui-ci diffère d’une personne à l’autre, certains feront appel à l’autodérision pour se décomplexer face à autrui quand d’autres réagiront de manière agressive, n’acceptant pas cette situation.

Pour qu’un film sur ce sujet complexe soit crédible, le réalisateur doit maîtriser tous ces éléments et ne doit surtout pas édulcorer les choses, il ne faut surtout pas oublier que c’est une situation difficile à vivre quelque soit la manière de réagir face à celle-ci.

 

La réussite de « Patients » tient en trois lettres : Grand Corps Malade.

 

Qui de mieux qu’une personne ayant connu cette situation, celle du centre de revalidation dans lequel il a passé beaucoup de temps suite à un accident de piscine, pour réaliser (avec la collaboration de Mehdi Idir) un film sur le sujet du handicap qu’il connaît si bien. A travers Ben et ses compagnons d’infortune du centre, il nous livre un film d’une grande justesse sans rien occulter des difficultés rencontrée par ces personnes.

 

L’identification à un personnage est un rouage essentiel lorsqu’on regarde un film ou une série, c’est ce qui permet au spectateur d’accrocher ou non à l’intrigue. En faisant appel à la caméra subjective, les réalisateurs ont réussi à capter l’attention dès l’introduction avec brio.

 

De son arrivée à l’hôpital jusqu’à son transfert au centre de rééducation, il est impossible de ne pas imaginer la souffrance psychologique qu’éprouve Ben à ce moment précis. Du jour au lendemain, il se retrouve coincé sur un lit d’hôpital sans pouvoir bouger le moindre membre, ni même parler tout en devant supporter à tour de rôle des infirmiers désagréables et leur histoires dont ils se passerai bien ainsi que ses parents stressés, sa seule échappatoire étant de compter les carrés du néon placé juste au dessus de lui.

 

Une fois de retour en caméra classique, l’identification est à son apogée ce qui permet une lecture plus fluide de ce qui va suivre grâce à l’attachement qui s’est crée entre le protagoniste principal et nous-même.

De sa période de revalidation, chaque étape est mentionnée, jusqu’au plus petit détail comme lorsqu’il essaye d’attraper la télécommande de la télévision sans succès pour mettre fin au supplice des émissions de vente telles que « La Boutique ». Bien qu’insignifiante au premier abord, cette scène montre à quel point une situation de handicap peut être difficile.

 

Aucune difficulté, qu’elle soit physique où mentale n’est oubliée, à commencer par le personnel soignant qui n’a pas toujours l’approche adéquate face aux patients qu’ils ont parfois tendance à infantiliser, ou de leur parler de manière indirecte (en « il » plutôt qu’en « tu » dans le cas présent), phénomène assez énervant quand on le vit.

 

Malgré tous ces moments difficiles, les scénaristes n’ont pas hésité à faire usage de cet humour si caractéristique aux personnes handicapées, cette autodérision qui permet de briser la glace. Le tout sans en faire de trop comme c’est le cas dans d’autres film sur le sujet (ex : « Intouchables »).

 

L’équipe du film a réussi à trouver un juste milieu entre les moments heureux passé avec ses compagnons d’infortune et les moments de doute qui jalonnent son long processus de guérison.

 

Rien n’a été oublié des difficultés rencontrées par ces personnes à qui on annonce pour certains qu’ils ne remarcheront plus jamais, ce qui peut conduire à des situations dramatiques.

 

Mettre en opposition dans un groupe de personne atteinte par la fatalité les différentes manières de réagir face au handicap, entre ceux qui le vivent plutôt « bien » et ceux qui ont plus de difficulté à l’accepter est une des forces de ce film, pour comprendre une situation il ne faut pas se focaliser sur une seule personne mais sur un ensemble, ce qu’ont bien compris les co-réalisateurs.

Mention plus qu’honorable pour le jeune acteur Pablo Pauly qui nous livre une prestation d’une grande justesse, avec la sensibilité et la dose d’humour nécessaire sans jamais en faire de trop. Un casting qui tient la route dans son ensemble.

 

Pour un premier essai à la réalisation, le slameur de Seine-Saint-Denis s’en sort avec les honneurs, « Patients » est assez réaliste sur la condition de vie des handicapés victime d’accidents qui doivent réapprendre à vivre. Le meilleur film sur le handicap depuis « Hasta la vista » de Geoffrey Enthoven.

 

 

Note: 8,5/10

 

Damien Monami – 01 mars 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com