Vols et arnaques en Louboutin

Ocean's Eight

Onze ans sont passés depuis la fin de la trilogie Ocean’s, la franchise aux braqueurs de haut vol est de retour sans son capitaine Steven Soderbergh, mais surtout sans sa clinquante distribution masculine composée entre autres de George Clooney, Brad Pitt ou Matt Damon.

Cet été débarquait dans nos salle obscures le spin-off d’Ocean 11, 12 et 13. Un épisode décidé à surfer sur le simple nom du projet avec pour prétexte la vague de féminisation qui souffle sur Hollywood depuis quelques temps pour le meilleur et pour le pire (coucou le très très mauvais « SOS Fantômes »).

Le pitch ? La sœur de Danny Ocean, Debbie (Sandra Bullock), sort de presque six de prison avec la ferme intention de réaliser un vol audacieux tout en se vengeant d’un ex-boyfriend retors. Pour ce casse, elle constitue une bande de nanas borderline aux compétences diverses et variées.

La « bande Ocean » s’est considérablement transformée, exit les onze lascars, bienvenue à huit braqueuses de haut vol. Pour ce film, Gary Ross, qui a notamment réalisé « Pur sang, la Légende de Sea Biscuit » a clairement identifié sa cible : un public féminin, multiculturel, et qui aime le glamour et les cambriolages.

« Ocean’s Eleven » avait brillé pour deux raisons : La première était la présence d’une armée de stars. La deuxième, plus importante, était le talent de Steven Soderbergh, qui avait transformé ce film divertissant de studio opportuniste en exercice de style plus que correct et mû par l’amour du cinéma, une force capable d’embellir un scénario convenu de film de casse classique.

Exit  George Clooney, Brad Pitt et Matt Damon, bienvenue à Sandra Bullock, visiblement passée entre les mains d’un chirurgien plasticien, et qui incarne la sœur de Danny Ocean. A ses côtés, Cate Blanchett, impeccable comme toujours, et une floppée d’actrices plus ou moins célèbres : Anne Hathaway, Awkafina, Helena Bonham-Carter, Mindy Kaling, Rihanna, Sarah Paulson. Le groupe est hétéroclite, chacune ayant sa spécialité et un rôle à jouer dans le vol de diamants devant se dérouler au MET. Kim Kardashian, Anna Wintour et Heidi Klum apparaissent également dans le film tout comme Elliot Gouldin (Reuben) pour marquer le lien avec les « Ocean » originaux.

Comme dans ce type de films, l’histoire est bien ficelée, l’intrigue se déroule à plusieurs niveaux, et le « casse » est spectaculaire. Les accessoires haute couture et les lieux prestigieux se succèdent dans une ambiance très « girly » qui devrait ravir un public essentiellement féminin. Néanmoins, on peine à s’attacher aux personnages, sans doute trop caricaturaux et à ressentir de franches émotions dans ce film très stylisé.

Au final, un film inutile mais divertissant et qui devrait trouver son public mais qui ne devrait pas devenir un classique du genre et faire oublier la saga originelle de Steven Soderbergh.

Note : 5/10

Thiebaut Colot – Le 25 juillet 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn