Publicités

Une étrange veillée médicale de Noël

Docteur ?

Vous en reprendriez bien encore une petite ?…comédie française pour finir l’année ?

Celle-ci nous propose un tandem improbable entre Serge, un docteur ronchon au bout du rouleau (Michel Blanc) et Malik, un livreur Uber-Eats (Hakim Jemili). Pourtant basé sur des faits réels, le film précise, au début, que les auteurs conservent toute confiance dans le corps médical. Vous laisserez-vous tenter à l’approche de Noël.

Synopsis :

Le soir de Noël, les parisiens les plus chanceux se préparent à déballer leurs cadeaux en famille. D’autres regardent la télévision seuls chez eux. D’autres, comme Serge, travaillent. Serge est le seul SOS-Médecin de garde ce soir-là. Ses collègues se sont tous défilés. De toute façon il n’a plus son mot à dire car il a pris trop de libertés avec l’exercice de la médecine, et une radiation le menace. Après un choc avec un cycliste, ses douleurs de dos l’empêchent de continuer. Il va alors demande au cycliste, en fait livreur, de prendre sa place, alors qu’il le guidera à distance…

Michel Blanc sait indéniablement choisir ses rôles et, malgré quelques ratés, il a le chic pour interpréter des personnages au bout du bout en qui une étincelle de vie subsiste qui n’attend qu’un signe pour s’enflammer à nouveau. Hakim Jemili dont il s’agit d’un premier rôle au cinéma, au-delà de son humour, donne un ton résolument humaniste au film sans jamais faire dans le larmoyant, ou le trop lourd. Christian Séguela signe ici un troisième film intéressant et même si la mise en scène mériterait plus de soin encore.

Certes, ce n’est qu’une comédie mais pas racoleuse, ce ne sont ni les outrances du « père Noël est une ordure » ni du Ken Loach mais le film a le mérite d’un sujet peu usité (les médecins de nuit dans Paris, c’est pas de la tarte ! ) et même si certaines scènes font très sketches les deux acteurs principaux habitent leurs personnages de manière habile et inspirée s’enrichissant l’un l’autre au fil du récit.

A vous de décider s’il mérite une vision sur grand écran.

Note : 6/10

Yves Legrand – Le 15 décembre 2019

Vous pourriez aussi aimer :

Critique « Parasite » (2019) : Persona non grata.

Auréolé de la Palme d’or à Cannes en mai dernier, « Parasite » signé Bong Joon-ho débarquait dans les salles belges début septembre précédé d’une fameuse réputation tant il avait fait sensation sur le Croisette avec l’obtention de la récompense suprême à l’unanimité.

Lire plus »

contact.screentune@gmail.com