Top 10 de la rédaction pour un Halloween réussi !

TOP 1O FILMS D'HORREUR

Halloween c’est le moment idéal pour se faire peur, éteindre les lumières et se poser dans son canapé équipé d’un bon paquet de popcorn et frissonner d’angoisse.

Vous êtes assoiffés de vraies frayeurs ? Comme un vampire à la recherche d’un cou juteux, d’un zombie à la recherche de chairs fraîches ? Vous avez besoin des meilleurs films d’horreur et vous en avez besoin maintenant. Tant mieux ! La rédaction de ScreenTune vous a concocté un menu sanguinolent pour vous glacer d’effroi. Un top 10 à ne pas mettre devant tous les yeux.

 Que vous soyez à la recherche d’une horreur moderne et intelligente avec un sous-texte politique, des essaims de morts-vivants, l’épouvante de la vieille école, ou juste des bruits effroyables durant la nuit, toutes les frayeurs que vous recherchez sont à votre portée. Ne nous blâmez pas pour les cauchemars !

10.« The Descent » (2005)

Le film : S’il y a eu une baisse de la fréquentation en spéléologie et en grotte au milieu des années 90, c’est probablement la faute de la créature terrifiante tapie dans l’ombre de Neil Marshall.

En plein milieu du massif des Appalaches, six jeunes femmes se donnent rendez-vous pour une expédition spéléologique.

Soudain, un éboulement bloque le chemin du retour. Alors qu’elles tentent de trouver une autre issue, elles réalisent qu’elles ne sont pas seules. Quelque chose est là, sous terre, avec elles… Quelque chose de terriblement dangereux décidé à les traquer une à une…

Pourquoi c’est effrayant : La claustrophobie de « The Descent » est horriblement réelle. Avant même que vous ne découvriez ce qui se cache là-dessous, les visions nocturnes spectaculaires de ce long métrage rentrent déjà dans les mémoires des jumps scares.

Les femmes sont des exploratrices expérimentées, mais votre cœur va s’emballer et votre ventre se nouer à chaque fois qu’elles feront un pas dans les ténèbres ou à chaque énorme caverne éclairée par leurs fusées éclairantes. Pas d’adolescents stéréotypés ici, ce sont des personnages complexes et intelligents que vous retrouvez. C’est oppressant, stressant et éreintant.

Un classique culte dont vous ne ressortirez pas indemne. Il vous faudra beaucoup de vin ou de bières pour l’oublier.

9. « Scream» (1996)

Le film : Wes Craven a ressuscité le genre « slasher » avec cet effort postmoderne et insolent au milieu des années 90. Il coche toutes les cases habituelles, une adolescente et ses amis sont harcelés par un tueur masqué, mais ces teenagers ont grandi en regardant des films et leur capacité à se rappeler les règles fera la différence entre vivre et mourir.

Pourquoi c’est effrayant : Réalisé par l’homme derrière « A Nightmare on Elm Street », « Scream » fonctionne comme un parfait et simple slasher à part entière, donc même si vous n’êtes pas assez attentif pour repérer toutes les références et les hommages, c’est quand même terrifiant et bien ficelé. Quelqu’un vous appelle de l’extérieur de la maison ? Oui, ça ne cesse jamais d’être effrayant. Et si vous connaissez les ficelles, vous ne pouvez quand même pas échapper au destin funeste qui va suivre. Une réussite implacable et sanglante.

8. « Insidious » (2010)

Le film : Réalisé par James Wan, « Insidious » nous raconte l’histoire d’une famille qui est soudainement frappée par le drame : Un de leurs enfants tombe soudainement dans le coma et ce, sans raisons apparentes.

Pourquoi c’est effrayant : « Insidious » joue avec la chronologie et avec la mise en scène tout en nous proposant une « vie » après la mort qui n’est pas spécialement rassurante ou enviable. Les personnages sont perdus dans le film tout comme l’est le spectateur. On sait que les évènements vont mal tourner, on ne sait juste pas quand ou même comment. Et c’est ça la force d’« Insidious ».

7. « The Conjuring : Les dossiers des Warren » (2013)

Le film : Ed et Lorraine Warren sont des démonologues, des chasseurs de fantômes et des enquêteurs paranormaux connus et réputés. Ils sont un jour interpellés par une famille qui cherche à tout prix de l’aide pour se débarrasser de ce la chose qui détruit leur vie.

Pourquoi c’est effrayant : James Wan sait faire des films d’horreur (même s’il se foire de temps à autres. Je ne vise aucune « Nonne » ou poupée en disant ça et avec « The Conjuring », il nous offre la mention que l’on redoute le plus dans un film d’horreur : « Inspiré de faits réels ». « The Conjuring » nous montre la déroute d’une famille en proie à des forces supérieures (en multipliant les clins d’œil) et nous offre son lot de frayeurs. C’est un film d’horreur recommandé et recommandable.

6. « Massacre à la tronçonneuse » (1974)

Le film : Vous pouvez en quelque sorte comprendre pourquoi le comité de contrôle de la censure s’est senti obligé d’interdire ce film lors de sa sortie originale aux Etats-Unis. L’histoire d’un groupe d’enfants qui rencontrent une famille de cannibales maniant la tronçonneuse, dont un qui porte comme masque la peau pelée de ses victimes, est d’une violence choquante, avec une lourde atmosphère de terreur.

Pourquoi c’est effrayant : Pour toutes les raisons pour lesquelles il a été interdit à l’origine. C’est brutal, c’est troublant, et il y règne une atmosphère oppressante de chaleur et de violence qui s’accroche à vous comme la sueur. Et si la réputation gore du massacre à la tronçonneuse Texas Chainsaw est peut-être trop exagérée, c’est uniquement parce que son tournage et son montage rendent l’ensemble si agressif que vous porterez encore les séquelles longtemps après son visionnage.

5. « Rec» (2007)

Le film : Tout d’abord, nous allons prétendre que le remake anglais n’existe pas. Bien ! Maintenant que c’est fini, il est temps de mettre des paroles sur la véritable terreur qui rôde à l’intérieur d’un immeuble d’appartements de Barcelone. Comme pour les meilleurs films d’horreur, la mise en abîme est très simple.

Angéla est journaliste pour une télévision locale. Accompagnée de son caméraman, elle relate le quotidien de ceux qui travaillent la nuit.

Ce soir, elle est dans une caserne de pompiers. La nuit est calme, aucune urgence. Jusqu’au coup de fil d’une vieille dame qui réclame du secours. Le tandem suit les pompiers et découvre en arrivant sur place des voisins très inquiets. D’horribles cris ont été entendus dans l’appartement de la vieille dame. Angéla perçoit la tension des habitants, son reportage devrait enfin sortir de la routine… Elle n’imagine pas à quel point !

Pourquoi c’est effrayant : La tension de ce huis-clos tourné en found footage va monter crescendo. Vous ne vous rendrez compte du drame que bien trop tard. Officiellement, cela ressemble à un film de zombies, mais comme 28 jours plus tard, c’est plus l’histoire d’une infection plutôt qu’une horde qui traîne les pieds. Il s’agit d’un cauchemar claustrophobe douloureusement réalistes et crédibles.  De l’équipe de pompiers aux résidents de l’immeuble, les performances sont exceptionnelles et crédibles. Vous vous direz : « ce n’est qu’un film », mais une partie de votre cerveau va constamment se questionner avec ce qui se passe à l’écran. Préparez-vous à vous cacher derrière quelque chose ou quelqu’un bien avant le terrifiant troisième acte de « Rec ». Magistral !

4. « The Shining » (1980)

Le film : Jack Torrance, gardien d’un hôtel fermé l’hiver, sa femme et son fils Danny s’apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Danny, qui possède un don de médium, le « Shining », est effrayé à l’idée d’habiter ce lieu, théâtre marqué par de terribles évènements passés…

« The Shining » est une histoire d’isolement et de terreur, et selon tous les témoignages, le réalisateur Stanley Kubrick a fait de son mieux pour tourmenter ses acteurs et son équipe pendant qu’il réalisait son long métrage, exigeant jusqu’à 127 prises lors d’une seule scène. Le résultat est une plongée délirante dans les sombres recoins de la psyché humaine qui vous glacera le sang.

Pourquoi c’est effrayant : Le rythme délibéré et l’attention obsessionnelle aux détails s’ajoutent à une horreur hypnotique qu’il est impossible de détourner le regard. Des invités bizarres qui saignent de la tête, des ascenseurs qui crachent du sang, des jumelles effrayantes, une pause toilette horrifique…. « The Shining » possède de nombreux plans iconiques, mais le coup de maître, c’est que tout cela est entouré d’une menace psychologique fantastique, claustrophobe, lente et méthodique.

3. « Halloween : La nuit des masques » (1978)

Le film : Qui aurait cru qu’un vieux masque de Star Trek pouvait être si terrifiant ? Le réalisateur John Carpenter a créé un chef d’œuvre intemporel lorsqu’il a donné à son incarnation du mal un masque blanc vierge du visage de William Shatner. Le film a aussi créé une autre icône, Jamie-Lee Curtis, qui est devenue à la fois la « Scream Queen » et le modèle à suivre pour toutes une génération.

Pourquoi c’est effrayant : « Halloween » a établi des normes qui ont rarement été égalées. Dès son introduction « Halloween » impose son ambiance de non-dits, de silence et de tension qui monte crescendo. Un plongeon effroyable dans la terreur et cette d’ouverture en caméra subjective, où le spectateur découvre ébahi cet horrible meurtre à travers les trous d’un masque le soir du 31 octobre. Ajoutée à cette ingéniosité de réalisation, une musique angoissante, énigmatique et lancinante à l’image de son tueur, composée par Carpenter lui-même et vous obtenez tous les ingrédients pour créer la peur. Un chef d’œuvre !

2. « L’Exorciste» (1973)

Le film : En Irak, le Père Merrin est profondément troublé par la découverte d’une figurine du démon Pazuzu et les visions macabres qui s’ensuivent.

Parallèlement, à Washington, la maison de l’actrice Chris MacNeil est troublée par des phénomènes étranges : celle-ci est réveillée par des grattements mystérieux provenant du grenier, tandis que sa fille Regan se plaint que son lit bouge.

Les crises se font de plus en plus fréquentes. En proie à des spasmes violents, l’adolescente devient méconnaissable.

Chris fait appel à un exorciste. L’Eglise autorise le Père Damien Karras à officier en compagnie du Père Merrin. Une dramatique épreuve de force s’engage alors pour libérer Regan.

Pourquoi c’est effrayant : Le film de Friedkin possède tout simplement l’atmosphère la plus maléfique de tous les films jamais réalisés. « L’Exorciste » est implacable dans sa détermination à vous glacer le sang, mais sans les frayeurs, vous êtes toujours face à un film incroyablement intelligent et sophistiqué qui exige toute votre attention.

Un véritable chef-d’œuvre cinématographique qui a fait ses preuves. N’hésitez pas non plus à découvrir la série tirée de ce film. Elle vaudra le temps que vous lui accorderez.

1. « The Thing » (1982)

Le film : Un désert blanc dans lequel s’écrase un objet non-identifié, un pauvre husky pourchassé par deux hommes en hélicoptère qui va finalement trouver refuge dans la base de 12 scientifiques américains venus faire des recherches en Antarctique.

Pourquoi ces hommes poursuivaient-ils ce pauvre animal sans défense ? Qu’est-il advenu du vaisseau spatial ?

Voici le postulat de départ posé par le maître de l’épouvante : John Carpenter.

Avec « The Thing », Big John signe un classique originel et fondateur, morceau de bravoure du cinéma horrifique qui accouchera à nouveau d’un dispensable remake en 2011.

Pourquoi c’est effrayant : On revient avec Carpenter et un de ses plus grands films d’horreur et de science-fiction. « The Thing » est viscéral, il vous frappera directement dans les tripes.  Une atmosphère terrifiante à mesure que son scénario machiavélique se dévoile. Plus qu’un simple combat perdu, c’est un déchaînement sadique qui se déroule sous nos yeux : un cou qui s’étire jusqu’au déchirement, un ventre béant aux dents acérées, des bras croqués à la moitié. Carpenter maîtrise son sujet à la perfection pour réveiller les terreurs enfouies grâce à une mise en scène redoutablement efficace et qui n’en montre jamais trop. Et il est impossible de surestimer le travail révolutionnaire (et primé) de « The Thing » en matière d’effets spéciaux, qui libère des créatures cauchemardesques hybrides de plus en plus bizarres, qui vous accompagneront dans tous vos cauchemars.

Mentions :

  •  « Alien, le huitième passager » (1979)

Pourquoi c’est effrayant : « Alien » ne vous montrera pas énormément le monstre, votre imagination fera tout le travail pour vous. Ajoutez à cela la symbolique du viol et de l’agression sexuelle et vous obtenez un film qui vous fera grincer des dents. Difficile de ne pas avoir d’empathie pour le pauvre équipage qui va devoir lutter contre un prédateur venu d’ailleurs.

  • « Mr. Babadook » (2014)

Pourquoi c’est effrayant : Rarement un film a aussi bien joué avec les peurs profondes des enfants. La peur du noir, la peur de ne plus être aimer par ses parents, le bon vieux monstre dans le placard, … Mr. Babadook est un film d’horreur psychologique, il s’adresse à des frayeurs que nous avons tous déjà ressenti. De plus, il est difficile de ne pas comprendre les deux protagonistes de ce film tant leurs réactions sont logiques. Un bon film d’horreur, distrayant et effrayant à souhait !

Pourquoi c’est effrayant : Il y a au moins deux moments qui auraient été complètement choquants pour le public contemporain. Et oui, ils ne sont peut-être pas aussi surprenants pour les aficionados actuels, mais il est encore possible de le regarder aujourd’hui et d’apprécier le savoir-faire du long métrage, le soin avec lequel il a été construit et l’atmosphère d’effroi qui l’installe.

  • « Le projet Blair Witch » (1999)

Pourquoi c’est effrayant : Contrairement à beaucoup de found footage, qui ajoutent de nombreux montages sans raison qu’on en oublie presque qui tient la caméra, « Le projet Blair Witch » vous offre de vraies sensations flippantes car les acteurs ont vraiment fait tout le tournage eux-mêmes. « Le projet Blair Witch était le véritable found footage qui a fondamentalement révolutionné l’horreur moderne. Un must à voir absolument !

  • Peuvent aussi être cités :

    • Paranormal Activity (2007)
    • Evil Dead (2013)
    • A Quiet Place (2018)
    • Get Out (2017)
    • Evil Dead 2 (1987)
    • It Follows (2015)
    • Le loup-garou de Londres (1981)
    • The Ring (1998)
    • Suspiria (1977)
    • Nightmare on Elm Street (1984)
    • Dawn of the Dead (1978)
    • Rosemary’s Baby (1968)

Julien Legrand et Maxime Févry – Le 31 octobre 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Fermer le menu