Les séries prennent le pouvoir

Top 10 des séries de la décennie

Si elles ont toujours été présentes et ce depuis la naissance de la télévision, les séries TV n’ont jamais eu autant la cote qu’à l’heure actuelle. Si elles connaissaient bien évidemment le succès auparavant, elles n’ont jamais eu la même aura que leur grand frère, le cinéma. Lors de cette décennie, on peut dire que la tendance est presque inversée.

Leur succès, les séries le devaient principalement à leur facilité d’accès, chaque foyer disposant d’une télévision pouvait profiter chaque jour d’un ou plusieurs épisodes de série. Ce qui n’était et n’est toujours pas le cas du cinéma pour lequel il faut se déplacer et dépenser de l’argent. Autre raison qui confère leur popularité aux séries est leur côté fidélisant, chaque fin d’épisode se terminant par un « cliffhanger » pour la plupart et qui incitait les gens à revenir le lendemain pour connaître la suite des péripéties.

Si les séries ont toujours été dans l’ombre du Septième Art, les moyens techniques et surtout financiers étant nettement moindre, leur empêchant d’atteindre un niveau de qualité similaire aux films, la tendance a en effet fini par s’inverser.

Depuis quelques années et l’apparition de plusieurs séries ambitieuses, dont « Lost » comme porte étendard, leur qualité n’a cessé de se bonifier pour en arriver au résultat que l’on connait aujourd’hui.

Dorénavant les séries ne sont plus seulement vues comme des tremplins vers le cinéma pour les aspirants acteurs et il n’y a plus de honte pour les vedettes du grand écran d’y prendre part tant la qualité y est présente, faisant des séries presque l’égal des films.

La décennie que nous venons de vivre a marqué un tournant dans le monde des programmes télévisuels, notamment avec l’émergence de plateformes de streaming comme Netflix ou Amazon Prime, Apple TV (en attendant Disney +) qui ont largement démocratisé l’accès aux séries, sans oublier les chaînes comme HBO, AMC, la BBC voire Canal + côté français, qui nous ont gratifiés de ce qui se fait de mieux en la matière.

Durant les dix dernières années, nous avons eu droit à un nombre incalculable de séries et ce pour tous les goûts, des sitcoms hilarantes comme « Brooklin Nine-Nine », le milieu carcéral  féminin avec « Orange is the New Black » ou les péripéties de la famille Gallagher dans « Shameless », des séries animées déjantées telles que « Rick & Morty », du fantastique avec « Outlander », « Grimm » ou encore « Lucifer » ; dans un style différent, du super-héros avec « Arrow », « Punisher », « The Boys » et tant d’autres, des séries de science-fiction ou d’anticipations à la manière d’« Altered Carbon », « The 100 », « The Leftovers » ou encore le récent « The Mandalorian » issu de l’univers  « Star Wars ».

Plus terre à terre, nous avons aussi retrouvé de très bonnes séries policières, on pense notamment à « Broadchurch », « Luther », « Persons of Interest » et à l’excellente adaptation de « Fargo » des frères Coen en série. Nous avons pu suivre des œuvres au suspense décapant parmi lesquelles la très politique « House of Cards » ou la satire sociale « Mr Robot » sur les dangers de la société numérique. Les séries historiques ont également conquis le public grâce à des production bien senties comme « Downton Abbey », « The Last Kingdom », « Boardwalk Empire » ou encore l’excellente série « Taboo », produite et interprétée par Tom Hardy.

A noter que le format mini-série s’est lui aussi démocratisé, souvenons-nous par exemple de la brillante série « Band of Brothers » (2001) qui donnera en 2010, « The Pacific » produites par les légendes Steven Spielberg et Tom Hanks. Plus récemment, l’excellent « Godless », western féministe, sans oublier les récentes et très réussies « Dans leur regard » et « Unbelievable » sur les sujets sensibles du racisme et du viol.

Côté français, la qualité était elle aussi présente avec entre autres la série d’espionnage « Le Bureau des Légendes » portée par Mathieu Kassovitz, la série médicale « Hippocrate » avec Louise Bourgoin, la très bonne série de France Télévisions, « Dix Pour Cent », les historiques « Un village français » et tout récemment « Le Bazar de la charité » avec Audrey Fleurot, sans oublier les comiques (au format shortcom) « Bref » et « Basique ».

Saluons tout de même les séries, sorties récemment, qui ne sont qu’à leurs premiers balbutiements et qui marqueront à coup sûr la prochaine décennie, à savoir « Watchmen » (même si nous ne savons pas encore si une seconde saison est prévue), « His Dark Matarials », « The Witcher » ou encore « Sex Education ». 

Le moment est venu de tirer les conclusions et de faire le bilan d’une décennie durant laquelle les séries sont devenues, au même titre que le cinéma, une référence en matière de divertissement et de pop culture. Des choix difficiles se sont imposés à nous afin d’obtenir un classement logique et cohérent.

Comme pour notre classement dédié aux films, nous avons combinés nos avis avec les cotes de sites spécialisés (Allociné, SensCritique) tout en prenant en compte le succès public et notre ressenti pour arriver au Top 10 qui va suivre. A noter que les séries ayant débutés avant 2010 ne sont pas prise en compte et ce même si elles se sont prolongées dans la décennie qui nous concerne, exit donc « Breaking Bad », « Sons of Anarchy », « Doctor Who », « Mad Men », « The Big Bang Theory » ou encore « How I Met Your Mother » malgré leurs qualités indéniables.

10. « The Walking Dead» (2010 – ?) de Robert Kirkman et Frank Darabont :

Que ce soit au cinéma, sur console ou à la télévision, les zombies ont envahi nos écrans et infectés les spectateurs. Un succès auquel la série, librement adaptée du comics du même nom, n’est pas étrangère tant elle a séduit un large public. Un scénario riche en rebondissement, des effets spéciaux réussi (surtout les maquillages) et des personnages charismatiques en ont fait une des séries les plus populaires de ces dernières années.

Malgré son inconstance, « The Walking Dead » en impose grâce à son casting composé d’Andrew Lincoln et surtout des révélations Norman Reedus et Danai Gurira, qui apportent une bonne dose de bravoure à l’ensemble. Une série mordante !

9. « Person of Interest » (2011 – 2015) de Jonathan Nolan :

Lancée en septembre 2011, « Person of Interest » n’aurait pu être au premier regard qu’une énième série avec un petit concept sympa qui cherche à se distinguer des autres : celui d’une machine intelligente capable de repérer des personnes qui vont être impliquées dans un crime ou en être les victimes (« Big brother is watching you » disait Georges Orwell).

Voilà le concept de départ mais Jonathan Nolan, son créateur, scénariste de « Memento » et « The Dark Knight » (il y a pire comme références), avait autre chose en tête. Dès le lancement de la série, il comptait explorer les possibilités offertes sur la question très actuelle de l’intelligence artificielle et incorporer dans son concept de base des dizaines de tentacules afin de composer une mosaïque passionnante bourrée de fils rouges avec un thème si proche de nos avancées technologiques qu’il était susceptible d’être réel.

Une série qui n’a jamais cessé de nous étonner tout au long de ses cinq saisons grâce à des histoires riches et poussées mais aussi par la qualité qu’elle apporte à ses personnages. « Person of Interest » a réussi son pari : être une série network fascinante et complexe avec des fils rouges de plus en plus sinueux et des personnages qui ne sont jamais oubliés.

8. « Sherlock » (2010 – 2017) de Mark Gatiss et Steven Moffat :

Adaptation moderne et contemporaine des aventures du célèbre détective créé par Arthur Conan Doyle, la série produite par la BBC est tout simplement grandiose. Les romans sont revisités avec intelligence et c’est un réel plaisir de les redécouvrir sous cette forme, grâce à un scénario ingénieux, « Sherlock » gagne en crédibilité tandis que les personnages sont extrêmement fidèles à leurs modèles de papier.

 

Le succès de « Sherlock » vaut aussi le détour pour ses acteurs : un Benedict Cumberbatch éloquent et arrogant, un Martin Freeman attachant et torturé ainsi que des seconds rôles au cordeau. Un personnage aussi culte méritait bien ça… Élémentaire !

7. « True Detective » (2014 – ?) de Nic Pizzolatto :

Encore une preuve que les séries attirent désormais du beau monde. Avec son casting cinq étoiles, cette adroite relecture des séries policières a su séduire le public grâce à ses détectives torturés, engagés dans une enquête tortueuse, son ambiance glauque, fantasmagorique et son écriture exemplaire portée par des dialogues d’une grande justesse.   

Parmi le lot d’acteurs confirmés (Woody Harrelson) ayant pris part au show, Matthew McConaughey en est la figure de proue, il est tout bonnement monstrueux en flic corrosif, aigri par la vie, philosophe alcoolique presque possédé. Si la qualité se révèle en deçà par la suite, « True Detective » a marqué les esprits par son originalité.

6. « Stranger Things » (2016 – ?) des frères Duffer :

Apparue sur Netflix durant l’été 2016, « Stranger Things » est vite devenue une série phénomène. Créée par les frères Duffer, elle nous plonge dans un univers qui n’est pas sans rappeler certains films des années 80 sans jamais tomber dans le plagiat. Une lettre d’amour au cinéma et à la pop culture de ces années folles qui parle à beaucoup d’entre nous en jouant sur la corde nostalgique des téléspectateurs.

Au-delà de l’hommage, il y a une vraie âme dans cette création, portée par une direction artistique impeccable et un casting convaincant : Winona Ryder offre une performance solide dans le rôle de la mère désemparée, David Harbour en shérif tourmenté est une révélation tout comme la jeune Millie Bobby Brown. Jouissif !

5. « Chernobyl » (2019) de Craig Mazin :

Mini-série produite par HBO, elle offre aux téléspectateurs une reconstitution glaçante et terrifiante de la catastrophe survenue il y a plus de 30 ans à Tchernobyl. Emplie d’humanité et brillante de rigueur dans sa mise en scène, elle livre un récit d’une justesse et d’une efficacité remarquable, elle permet de mettre en lumière une catastrophe dont on ignorait les contours.

Une réalisation, sombre et sans fioritures, un travail de documentation efficace et des acteurs au diapason en font une série de grande qualité en plus d’être d’utilité publique. Elle relate avec concision ce drame nucléaire, véritable danger invisible, tout en soulignant l’incompétence du pouvoir soviétique. Une œuvre bouleversante et nécessaire !

4. « Mindhunter » (2017 – ?) de David Fincher :

Comment sont apparus les profilers et autres cellules de psychologues du FBI ? Ce sont les questions auxquelles « Mindhunter », série réalisée majoritairement par le brillant David Fincher, tente de répondre. La série nous invite à suivre deux agents spécialisés dans les sciences comportementales et nous emmène à la rencontre de plusieurs criminels ayant réellement existés. Les protagonistes tentent de comprendre la méthodologie de ces psychopathes et leurs pulsions.

La série réussit avec brio son pari et les apparitions des tueurs en séries sont toutes marquantes à leurs manières. « Mindhunter » s’avère passionnant avant tout grâce à sa mise en scène, son montage, ses brillants dialogues et surtout son réalisme. Une plongée dans les ténèbres de l’âme humaine.

3. « Vikings » (2013 – 2020) de Michael Hirst :

Si les séries historiques ont la côte, « Vikings » est certainement la meilleure représentante du genre. Une série précurseur qui suit les aventures d’un groupe de vikings mené par Ragnar Lothbrok. Le show de la chaîne History a séduit par son réalisme et dépeint parfaitement les mœurs et les coutumes de ces envahisseurs venus du froid en jouant sur leur côté guerrier, les traditions et les jeux de pouvoirs de l’époque.

« Vikings » est une série épique portée par une trame bien huilée faite de batailles savamment chorégraphiées, de choc des cultures et d’introspection mystiques et spirituelles, le tout dans une ambiance sombre et froide où l’on ressent toute l’importance des dieux.

Le casting est de haut vol avec en tête Travis Fimmel, intelligent et machiavélique, Katheryn Winnick dans la peau de sa femme Lagertha, magnifique et guerrière, sans oublier Gustaf Skarsgård dans la peau du fantasque Floki, fidèle bras droit de Ragnar.

Une fresque qui vaut la peine d’être vue pour les adeptes du genre et pour tous les « sériephiles » avides d’aventures.

2. « Game of Thrones » (2010 – 2019) de David Benioff et D. B. Weiss :

LA série phénomène de la décennie ! Adaptée des romans de George R. R. Martin, « Game of Thrones » nous plonge au cœur d’une lutte sans merci pour l’accession au très convoité trône de fer. Entre enjeux politiques, guerres sanglantes et magies ancestrales, la série a su séduire un large public dès son lancement en avril 2011 pour devenir un phénomène mondial.  

La série phare d’HBO nous offre des décors à couper le souffle tandis que la mise en scène n’est pas en reste avec des effets spéciaux qui n’ont rien à envier aux grosses productions hollywoodiennes. Le scénario tient la route grâce à sa richesse en termes d’intrigues, la qualité des dialogues et surtout des personnages haut en couleurs, aux aspirations les plus variées dont la gestion et l’évolution est à souligner.

« Game of Thrones » s’inscrit comme l’une des meilleures séries jamais produites et aura révolutionné la télévision. Malheureusement, son dénouement n’a pas été à la hauteur des espérances et des nombreuses théories de fan, ce qui l’empêche de truster la première place de notre classement mais pas de rester dans les annales. Épique !

1.« Peaky Blinders » (2013 – ?) de Steven Knight :

And the f***ing winner is « Peaky Blinders », la série qui nous entraîne dans les bas-fonds de l’Angleterre post 14/18 où les gangs font la loi. Parmi eux, la famille Shelby et son chef de fil Thomas (Tommy pour les intimes), personnage à l’aura envoutante, rusé, violent et torturé, forme le noyau dur des Peaky Blinders ; dont le nom viendrait du fait qu’ils cachaient des lames de rasoirs sur la visière de leur casquette ; qui domine sur Birmingham (deuxième ville du Royaume) dans une guerre des gangs interminable.

Sale, crasseuse, pourrie jusqu’à la moelle, parfois insoutenable, cette fresque créée par Steven Knight nous enchante par une grande qualité visuelle, chaque plan est soigné, un travail léché sur l’éclairage, des cadrages originaux et une reconstitution solide et précise de l’époque.

Le casting emmené par un Cillian Murphy au sommet impressionne, notamment par sa complémentarité et son charisme. Le rayonnement de la série lui a permis d’attirer des pointures comme Tom Hardy, Sam Neill ou Adrian Brody dans ses filets.

Une série remarquable sublimée par des seconds rôles impeccables (Helen McCrory, Paul Anderson, Sophie Rundle…), une soundtrack originale pour l’époque évoquée (Nick Cave,White Stripes, Arctic Monkeys, etc.) qui se consomme sans modération. Sublime !

Auraient également pu être plébiscités

  • « Black Mirror » de Charlie Brooker
  • « Daredevil » de Drew Goddard
  • « Hannibal » de Thomas Harris et Bryan Fuller
  • « Murder » de Peter Nowalk
  • « Narcos » de Chris Brancato
  • « The Crown » de Peter Morgan et Stephen Daldry
  • « The Handmaid’s Tale » de Bruce Miller
  • « Sense 8 » des sœurs Wachowski
  • « Westworld » de Jonathan Nolan et Lisa Joy
  • « The Leftovers » de Damian Lindelöf
  • « Dix pour cent » de Fanny Herrero 

Les belles surprises :

Au moment de tirer les enseignements de ces dix dernières années, on se rend compte que les séries sont passées dans une nouvelle dimension, devenant aussi populaires que le cinéma. Le nombre de shows produits n’a cessé d’augmenter au fil des ans jusqu’à profusion et ce avec toujours plus de moyens. Il y en pour tous les goûts et chacun peut y trouver son compte. Nul doute que la décennie qui nous attend suivra le même chemin et fera peut-être des séries, le divertissement principal.

Damien Monami et Julien Legrand – Le 09 janvier 2020

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com