grognements et Trahisons

Taboo

Qui n’a jamais rêvé de voir Tom Hardy dans une série TV. Il est vrai que l’interprète de Bane dans « The Dark Knight Rises » passe de temps à autres dire « bonjour » à son compère Cillian Murphy dans « Peaky Blinders ». Pourtant, l’acteur britannique n’avait pas encore enfilé le costume de héros d’une série TV. C’est désormais chose faite avec « Taboo » !

Une coproduction anglo-américaine des chaînes BBC One et FX, créée entièrement par Tom et son père (Chips Hardy, romancier et scénariste), produite par Ridley Scott « Blade Runner », « Alien » et co-scénarisée par Steven Knight (créateur de « Peaky Blinders » et réalisateur de « Locke » avec… Tom Hardy).

Synopsis :

L’aventurier James Keziah Delaney, longtemps laissé pour mort, retourne à Londres en 1814 afin d’hériter de l’empire maritime de son défunt père. Tout n’est pas facile, cependant, et Delaney rencontre de nombreux ennemis sur son chemin.

Du beau monde pour mettre en scène un ancien soldat présumé mort qui est de retour à Londres après la mort de son père, en 1814. Un thriller historique sombre et soigné sur fond de révolution industrielle, qui devrait séduire les fans de Tom Hardy, ceux de « Peaky Blinders », tout comme les amateurs de complots et d’histoires retorses en tout genre.

  • Un héros charismatique :

Tom Hardy est un acteur fascinant qui aime prendre des risques et jouer avec son physique pour s’imprégner des personnages qu’il interprète. À l’image du film qui l’a révélé en 2008 : « Bronson » de Nicolas Winding Refn, il s’est fait une spécialité des rôles physiques. Une tâche à laquelle il s’attèle brillamment grâce à une présence animale, troublante et intimidante. Des caractéristiques que le public va retrouver dans « Taboo » et son personnage de James Delaney. Un rôle taillé sur mesure pour Hardy qui s’appuie sur sa voix grave et son accent à couper au couteau, qui intimide et intrigue dès sa première apparition.

  • Une plongée dans les bas-fonds de Londres :

 

« Taboo » plonge son public dans la crasse du Londres du XIXe siècle, une période trouble dominée par « La Compagnie des Indes » qui règne en maître sur les colonies et qui est prête à tout pour arriver à ses fins.  James Delaney ne compte bien sûr pas se laisser dicter sa conduite. Au fil des épisodes, la série imaginée par Hardy prend de l’ampleur et laisse exploser tout son potentiel dramatique dans une fresque brutale et machiavélique. Les aventures de Delaney sont d’ailleurs renouvelées pour deux saisons supplémentaires ce qui laisse à toute l’équipe du temps pour nous raconter son périlleux périple.

 

  • Des personnages hauts en couleur :

La grande qualité de « Taboo » est de ne jamais vouloir se voir trop beau. Une série qui fait la part belle à ses personnages et à ses décors superbement reconstitués. Le célèbre proverbe « la fin justifie les moyens » prend ici tout son sens. Chacun va lutter pour ses propres convictions afin de servir au mieux ses intérêts.

Aux côtés de James Delaney (Tom Hardy), on retrouve le vieux majordome de son père, Brace (David Hayman), sa demi-sœur Zilpha (Oona Chaplin) et un chien abandonné qui l’accompagne dans le dédale des rues de Londres.

Et bien sûr, que serait une série sans un antagoniste de qualité. Pour incarner la Némésis de Tom Hardy il fallait un acteur charismatique, quelqu’un capable d’incarner à merveille le maître qui régit d’une main de fer la sombre et impitoyable « La Compagnie des Indes », le grand Jonathan PrycePirates des Caraïbes », « Game of Thrones »). Un méchant incarné avec brio qui donnera du fil à retordre à notre héros.

  • Verdict :

Grâce au travail minutieux d’écriture de Steven Knight (scénariste de l’excellent « Les Promesses de l’ombre » de David Cronenberg), « Taboo » ne se perd jamais en route et prouve que les Britanniques n’ont rien à envier aux Américains en matière de séries.

La mise en scène de Londres est parfaite et retranscrit parfaitement l’ambiance de l’époque (dans un autre genre que « Peaky Blinders ») : tout y est crasse, stupre et corruption en plus de la misère environnante dont la bourgeoisie n’a cure.

« Taboo » semble être lancé sur de bons rails pour être un divertissement sombre, brutal, mais non dénué de fond.

On ne pouvait espérer mieux de la part de la vénérable BBC et de la meilleure chaîne américaine du moment, FX (« American Crime Story », « Atlanta », « Fargo », etc.).

Une série qui on l’espère continuera à offrir des rebondissements, des personnages encore plus développés en plus de décors toujours aussi soignés. Portée par une belle distribution et évidemment un Tom Hardy impressionnant à chaque grognement, monstre de charisme qui arpente chaque scène comme s’il traversait des flammes, « Taboo » est une série à découvrir sans plus attendre …

Note : 7,5/10

Julien Legrand – Le 13 mars 2018

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com