THE girl next door

Scarlett Johansson

Révélée au grand public grâce à son rôle dans « L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » alors qu’elle était âgée de seulement 14 ans, Scarlett Johansson s’est vite imposée comme une des actrices phares du 21e siècle. De « Lost in Translation »aux superproductions Marvel en passant par ses rôles sous la direction de Woody Allen dont elle fut l’une des muses, elle nous émerveille depuis de nombreuses années par sa beauté et ses talents de comédienne.

– A star is born :

C’est à New-York que Scarlett Johansson et son frère jumeau Hunter ont vu le jour le 22 novembre 1984, leur père est d’origine danoise tandis que leur mère est issue d’une famille d’origine juive polonaise immigrée aux Etats-Unis pour fuir la  Seconde Guerre Mondiale. Elle grandit dans une famille avide de culture, sa mère est productrice tandis que son grand-père paternel, était scénariste et réalisateur. C’est donc tout naturellement qu’elle se destine très jeune à une carrière sous les projecteurs.

C’est au théâtre que tout commence, elle n’est âgée que de 8 ans lorsqu’elle monte sur les planches de Broadway pour la pièce « Sophistry » dans laquelle un certain Ethan Hawke lui donne la réplique. Convaincue du talent de sa fille, sa mère l’emmène à plusieurs auditions de films ; après un premier refus pour un rôle dans « Jumanji » au profit de Kirsten Dunst, elle décroche son premier rôle au cinéma en 1994 avec « L’Irrésistible North » de Rob Reiner dans lequel elle partage l’affiche avec le jeune Elijah Wood, future star du « Seigneur des anneaux ».

Elle enchaîne par la suite quelques tournages mais les films dans lesquels elle s’affiche ne remportent pas un franc succès C’est finalement en 1998 qu’elle se fait enfin connaître du grand public avec « L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » de Robert Redford. Elle y incarne Grace, une adolescente profondément marquée par un accident qui a coûté la vie à sa meilleure amie et causé d’irréparables lésions à son cheval.

 

Un film qu’elle aurait pu ne jamais faire car Natalie Portman avait décroché ce rôle avant de finalement abandonner pour incarner Anne Frank au théâtre. Grâce à cette performance, la comédienne, alors adolescente, décroche le Young Star Award, une récompense décernée par The Hollywood Reporter et voit sa carrière décoller.

Mais c’est un autre film qui lui ouvre définitivement les portes d’Hollywood : on la retrouve 5 ans plus tard dans « Lost in Translation » de Sofia Coppola, le temps pour elle de quitter l’adolescence et de s’affirmer comme femme. Dans son duo d’âmes paumées avec Bill Murray, elle se révèle très convaincante et confirme son talent précoce à une époque où les jeunes starlettes ne font pas long feu. 

A moindre mesure, elle connaît de nouveau le succès en cette année 2003 avec « La Jeune Fille à la perle » dans lequel elle incarne, avec une ressemblance frappante, la servante du peintre Johannes Vermeer(Collin Firth) représentée sur une de ses œuvres les plus célèbre. Ces deux long-métrages lui valent des nominations aux Golden Globes.

 

– Adoptée par Woody Allen :

Après ces débuts tonitruant, la jolie Scarlett ne compte pas s’arrêter en si bon chemin… Alors qu’elle tourne dans deux nouveaux films en 2004, « En bonne compagnie » avec Dennis Quaid et « Love Song » face à John Travolta, ce sont les producteurs de blockbusters qui se bousculent au portillon.

Si elle est contrainte de refuser un rôle dans « Mission impossible 3 » pour conflit d’emploi du temps, elle tourne pour Michael Bay l’année suivante dans le film de science-fiction « The Island » aux côtés d’Ewan McGregor. Malgré un scénario qui n’est pas sans rappeler l’univers de Philip K. Dick et de bonnes intentions, le film se révèle être un échec commercial.

Elle va alors effectuer un changement de registre radical avec le projet auquel elle prend part durant l’année 2005 et faire une rencontre importante. En effet, elle est choisie par Woody Allen pour son nouveau film, le très british « Match Point » sensé relancer une carrière dans le creux de la vague pour le réalisateur new-yorkais. Pari réussi, le film connaît le succès escompté et le célèbre dandy a trouvé en Scarlett Johansson sa nouvelle muse.

Sa prestation toute en sensualité n’est pas étrangère à la grande réussite de « Match Point » qu’Allen considère d’ailleurs comme étant son meilleur film. Assez pour le convaincre de remettre le couvert avec elle. 

Pour sa deuxième collaboration avec le réalisateur elle s’essaye pour la première fois à la comédie avec « Scoop », un genre auquel elle ne nous avait jamais habitué auparavant. Malgré sa présence au casting, tout comme celle de Hugh Jackman, le succès du film est moindre que celui de « Match Point ».

Ils se retrouvent pour la troisième et dernière fois pour « Vicky Cristina Barcelona », délaissant ainsi Londres (lieu de leurs précédents tournages) pour la cité catalane. Elle y incarne Cristina, jeune américaine qui se retrouve au cœur d’un triangle amoureux aux côtés des acteurs espagnols Javier Bardem et Penélope Cruz. Saluée par la critique, cette description délicate d’une ronde amoureuse endiablée renoue avec le meilleur de la veine légère de Woody Allen.

– Marylin 2.0 :

Cette fructueuse collaboration n’empêche pas l’actrice de s’investir dans d’autres projets ambitieux. Elle y côtoie des cinéastes de renoms tels que Brian De Palma ou Christopher Nolan.  Avec le premier nommé, elle est à l’affiche de l’adaptation du roman de James Ellroy« Le Dahlia noir » qui fait référence au meurtre de l’actrice Elizabeth Short, enquête restée non élucidée. Elle y tourne en compagnie d’Hilary Swank et de Josh Hartnett avec qui elle entretiendra une relation par la suite. 

Elle fait ensuite partie de l’impressionnante distribution du « Prestige » sous la direction de Nolan. Adapté du roman éponyme de Christopher Priest publié en 1995, ce film relate la rivalité entre deux magiciens surdoués qui s’efforcent de se détruire l’un l’autre en usant des plus noirs secrets de leur art. Elle interprète l’assistante de Robert Angier joué par Hugh Jackman, qu’elle retrouve après « Scoop », qui tombe sous le charme d’Alfred Borden, rival de ce dernier incarné par Christian Bale. L’accueil critique et commercial est dithyrambique et propulse définitivement Nolan dans la catégorie des grands réalisateurs.

Elle met ensuite son talent au service du chanteur Justin Timberlake pour le clip de « What Goes Around… Comes Around » dirigé par Samuel Bayer, connu pour avoir mis en scène le clip culte « Smells Like Teen Spirit » de Nirvana, avant de revenir au cinéma dans un duo de charme avec Natalie Portman pour la fresque historique « Deux sœurs pour un roi » de Justin Chadwick, où elle côtoie également Eric Bana, pour y incarner le rôle de Mary Boleyn.

La suite c’est la comédie romantique « Ce que pensent les hommes » et son casting XXL avec entre autre Ben AffleckJennifer Aniston ou encore Jennifer Connelly. Bien que les critiques demeurent mitigées, Scarlett obtient quelques avis favorables disant de l’actrice qu’elle « prouve qu’elle n’a pas besoin de Woody Allen pour être drôle »

A cette période de sa carrière, beaucoup d’observateurs voyaient en elle la nouvelle Marylin Monroe, ce côté léger et aguicheur commun à la plupart de ses rôles n’y est pas étranger. Il est vrai qu’elle partage certains points communs avec son illustre aînée : au-delà de leur ressemblance physique, toute deux sont dotées d’un grand talent, elles ont également acquis un statut d’icône à bien des égards, sont également actives dans le domaine musical et ont chacune eu un côté sulfureux à un moment donné de leur carrière.

Mais comparaison n’est pas toujours raison comme la première intéressée le souligne : « Je suis une femme pulpeuse et blonde. Nous sommes toutes les deux à l’aise avec notre féminité, mais les similitudes entre nous s’arrêtent là ». D’ailleurs lorsqu’elle fut pressentie pour incarner cette dernière à l’écran pour « My week with Marylin » de Simon Curtis, c’est finalement sa compatriote Michelle Williams qui obtint le rôle.

– Dans l’écurie Marvel :

Après le temps des comparaisons, place à l’émancipation (même si celles-ci n’ont pas été un frein à sa carrière). Et quoi de mieux qu’un rôle de super-héroïne badass pour y parvenir. En 2010, elle rejoint le très lucratif MCU pour tenir le rôle de Natasha Romanoff alias la Veuve Noire pour une première apparition dans « Iron Man 2 » de Jon Favreau qui en appellera d’autres.

 

Après avoir donné la réplique à Matt Damon dans la comédie dramatique « Nouveau Départ », où elle interprète une jeune gardienne d’un zoo à l’abandon en 2011, et après avoir obtenu son étoile sur le célèbre Walk of Fame d’Hollywood Boulevard, elle reprend son rôle de la Veuve Noire pour le premier rassemblement de toute la bande des « Avengers ».

Avec l’équipe de super-héros emmenée par Iron Man (Robert Downey Jr.), Captain America (Chris Evans), Thor (Chris Hemsworth) ou encore Hulk (Mark Ruffalo), elle connaît le plus gros succès commercial de sa carrière tandis que les critiques positives sont de la partie.

Après avoir manqué le rôle de Marylin Monroe dans « My week with Marylin », elle incarne une autre actrice culte dans le biopic « Hitchcock »sorti en 2012. Dans ce film qui revient sur le tournage chaotique de « Psychose » et sa scène mythique de la douche, elle incarne la star du film Janet Leigh.

L’année 2013 est faste et variée pour la new-yorkaise : elle prend part au premier film de Joseph Gordon-Levitt en tant que réalisateur en incarnant une jeune bimbo romantique tombant amoureuse d’un accro aux films pornographiques dans la comédie « Don Jon ».

 

Après avoir pris part au conflit interne opposant les différents groupes d’Avengers dans « Captain America : Civil War », elle est à l’affiche en 2017 de l’adaptation ciné du manga culte « Ghost in the Shell » sorti en 1989, ce remake fut salué pour ses qualités techniques et esthétiques mais son accueil par le public fut des plus mitigé, notamment par les fans de l’œuvre originale qui ne se sont pas reconnus dans cette nouvelle version.

L’année 2018 est marquée par sa partition dans « L’Île aux chiens » de l’extravagant Wes Anderson où elle prête sa voix à un des chiens animés et par le retour des Avengers qui doivent faire face à Thanos dans « Infinity Wars ».

 

Après ses débuts tonitruants à l’aube du nouveau millénaire alors qu’elle n’était qu’une adolescente, Scarlett Johansson s’est imposée à l’âge adulte comme une actrice incontournable du cinéma mondial, bien aidée il est vrai par un physique des plus avantageux, mais il faut plus qu’un joli minois pour percer dans ce milieu impitoyable.

Peu d’actrices du même âge peuvent se targuer d’avoir travaillé avec certains des plus grands cinéastes de notre époque, de Woody Allen aux frères Coen, sans oublier Sofia Coppola ou Brian De Palma, tous sont tombés sous le charme de son jeu. Ses choix de carrière éclectiques ainsi que ses apparitions en dehors des plateaux lui confèrent un statut d’icône auprès du public, notamment grâce à ses prises de positions politiques et sociales. A seulement 34 ans, elle possède encore de beaux jours devant elle pour mettre son talent à profit, il serait néanmoins temps de se dépêtrer des superproductions Marvel ou autres blockbusters et revenir aux fondamentaux. Si d’aventure tout ne se passe pas comme prévu, elle pourra toujours se consacrer à la musique, domaine dans lequel elle excelle également.

 

 

Damien Monami – 06 juin 2018

 

– Sources :

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=27868.html

http://www.abusdecine.com/portrait/johansson-scarlett

https://www.lesinrocks.com/2005/10/26/cinema/actualite-cinema/scarlett-johansson-portrait-1172523/

http://www.bande-a-part.fr/cinema/portrait/scarlett-johansson

https://www.ecranlarge.com/films/dossier/927427-scarlett-johansson

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Fermer le menu