Une adaptation de la théorie des dominos 

The Stranger

Si vous êtes fans d’Harlen Coben vous allez êtes servis au cours des 5 prochaines années, puisque l’auteur à succès a signé avec Netflix pour l’adaptation de plusieurs de ses best-sellers. C’est donc au tour du roman « Intimidation » d’être porté à l’écran.

Synopsis :

Adam Price mène une vie idyllique. Il a un bon travail, il a deux fils merveilleux et son mariage semble sans faille. Mais son bonheur va voler en éclats lorsqu’il rencontre une inconnue  « The Stranger » qui lui dévoile un secret choquant au sujet de sa femme… Après une houleuse confrontation sur le sujet , celle-ci ne va pas tarder à disparaître. Et Adam n’est pas ,semble-t-il, la seule cible de cette femme mystérieuse… 

De nombreux visages connus des amateurs de séries britanniques composent une belle équipe autour du héros incarné par Richard Armitage déjà  aperçu dans « Robin des bois », la saga « Le Hobbit », ou encore le show d’espionnage « MI-5 ». A ses côtés, on retrouve la comédienne Siobhan Finneran, vue dans « Downton Abbey » ; la grande Jennifer Saunders (« Absolutely Fabulous ») ; ou encore Kadiff Kirwan (« Fleabag »). 

On a déjà connu ce genre d’intrigue dans « Safe » du même Harlen Coben en 2018 sur Netflix et cette série-ci dérivée d’un roman éponyme ne change pas du moule avec la trame classique chez l’auteur : une disparition inquiétante suivie de meurtres inexpliqués.

Ce qui change ici c’est le thème de l’inconnue incarnée par Hannah John-Kamen, véritable révélatrice de secrets délicats et dont les motivations profondes échappent au téléspectateur.

Les 3 premiers épisodes multiplient les révélations sur les uns et les autres suscitant les interrogations, poussant le spectateur à se ruer sur l’épisode suivant. Cependant ce système de boîte de Pandore aurait mérité un rythme plus soutenu et de notre point de vue la série aurait dû se limiter à 6 épisodes de 50 minutes plutôt que 8 x 42 minutes éliminant peut-être certaines sous-intrigues peu convaincantes et pas indispensables.

Si le suspense est soigneusement entretenu par des intrications de plus en plus subtiles et intrigantes entre les différents détenteurs de secrets on suit les quêtes de réponses du héros et des autres protagonistes avec de plus en plus d’intérêt et d’anxiété. Et comme supposé le château de cartes patiemment élaboré par Coben se délite brutalement comme un nœud Gordien dont on aurait enfin tiré le bon fil.

Même si « The Stranger » ne dépare pas dans la production britannique , la série se regarde avec intérêt et son dénouement mérite le détour (même si déjà vu ;on n’ose rêver à ce qu’un réalisateur plus inspiré et plus audacieux aurait fait de cet excellent sujet comme Guillaume Canet l’avait si bien réussi dans le césarisé « Ne le dis à personne » du même auteur.

Un bon moment mais une réalisation trop classique.

Note : 7/10

Yves Legrand – Le 17 mars 2020

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com

Fermer le menu