Un Western Galactique

The Mandalorian

Nous avons vu pour vous les huit épisodes de « The Mandalorian » produit par Jon Favreau (« Le Roi Lion », « Le livre de la Jungle ») afin de vous donner des idées sur les futurs contenus de Disney+. Avec un budget de 100 millions d’Euros pour sa première saison « The Mandalorian » constitue l’offre d’appel de la nouvelle plateforme en ligne de Disney et un nouveau contenu pour la grande saga « Star Wars » créée par George Lucas.

Que vaut réellement l’offre d’appel de la nouvelle plateforme en ligne Disney ?

Synopsis :

L’histoire se déroule entre « Le Retour du Jedi » (soit après la fin de la trilogie originale) et « Le Réveil de la Force », et raconte les aventures d’un énigmatique chasseur de prime Mandalorien au-delà des territoires contrôlés par la Nouvelle République.

Répartie en 8 chapitres , la série s’attache aux tribulations de ce  chasseur de prime surnommé « Mando » et dont le visage et le vrai nom restent une énigme…

Les fans seront d’emblée en terrain connu voire conquis ; vaisseau filant sur les glaces, attaque de sorte de morse géant, batailles à coups de blasters, les incontournables marchés des planètes improbables, sans oublier les indispensables cantinas peuplées de bizarroïdes créatures parlant des sabirs intergalactiques.

Toute l’ambiance chère à George Lucas est bien présente. Cependant la série semble afficher clairement un penchant pour le western comme cette armure qui claque tels les éperons des cow-boys et la musique composée par Ludwig Göransson (« Creed », « Black Panther ») est très inspirée même si quelques notes font penser à un certain boxeur de Philadelphie…

Ecrit par Jon Favreau et réalisé par Jon Favreau et Dave Filoni (réalisateur et créateur de « Clones Wars », « Star Wars Rebels » et « Star Wars Résistance ») ce sériel  met en lumière le monde des chasseurs de prime dont sont issus Boba Fett et Han Solo .

L’anti héros est campé par Pedro Pascal, (alias Javier Peña dans « Narcos » et Oberyn Martell dans « Game of Thrones »)  qui parvient à incarner le personnage  au verbe rare et au visage aussi inexpressif sous son casque  (très inspiré des chevaliers Teutoniques)  que l’était le regretté Dark Vador.

Star Wars a-t’il enfin coupé le cordon avec la famille Skywalker pour enfin donner libre cours à la luxuriance imaginée par George Lucas ? L’arche narrative fait fi des liens familiaux et des drames passés pour enfin permettre à des personnages d’exister pour ce qu’ils sont.

Sans se livrer le moindre instant sur son passé et oblitérant toute émotion, le chasseur de primes suscite cependant  rapidement l’empathie. Constamment caché derrière son heaume, il évolue dans des contrées arides, crée des liens, des amitiés, combat avec bravoure et panache sans parfois émettre le moindre murmure durant de longues minutes.  

Si certains grincheux déploreront çà et là des faiblesses  dans le récit, la restitution de l’univers imaginé par Lucas est brillante. Les décors sont extraordinaires, l’esthétique des costumes réussie et le générique de fin d’épisode est sublimé par des artworks qui devraient ravir les aficionados les plus blasés.

Enfin  si « The Mandalorian » est bien la vitrine du nouveau site Disney, il est peut-être aussi et avant tout la génèse du développement tant espéré d’un univers qui nous avait tellement fait rêver dans la trilogie originale de 1977 à 1983.

Un univers qui prendrait le temps de s’installer de nous raconter autre chose que des Sith et des Jedi, autre chose que le Bien et le Mal, Des récits enfin déconnectés des Skywalker…

Ce n’est pas encore un mythe donc…

Note : 7,5/10

Yves Legrand – Le 14 janvier 2020

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com

Fermer le menu