La conclusion d’une saga mythique

Star Wars IX : L’ascension de Skywalker

C’est la fin, le terme d’un rêve commencé il y a plus de 40 ans par un jeune cinéaste, George Lucas avait initié la plus grande saga cinématographique de tous les temps avec Luke Skywalker admirant les soleils de la planète Tatooine.

Le studio de Mickey se charge aujourd’hui d’achever la franchise avec ce neuvième volet. Après un épisode VII qui ne prenait aucun risque dans ses enjeux, JJ. Abrams est de retour aux commandes de cette « Ascension de Skywalker » qui va devoir répondre aux nombreuses interrogations laissées en suspens par l’horripilant huitième opus de Rian Johnson.

On retrouve donc Rey, Poe, Finn, Kylo Ren et la regrettée Princesse Léa dans cette dernière aventure étoilée pour sûrement un nouveau carton dans une galaxie lointaine très lointaine…

Abrams remporte-t-il finalement sa guerre des étoiles ?

Synopsis :

La conclusion de la saga Skywalker. De nouvelles légendes vont naître dans cette bataille épique pour la liberté.

On ne va pas y aller par quatre chemins, la conclusion de cette nouvelle trilogie made in Disney est une déception pas à la hauteur du grand mythe « Star Wars » (l’auteur de ces lignes est lui-même un fan inconditionnel de la saga). Ce dernier volet fera une nouvelle fois polémique, comme tous les épisodes finalement, il offre un constat mitigé au terme de la séance.

La première chose qui frappe c’est que toutes les plus ou moins bonnes idées scénaristiques amenées par JJ. Abrams sont précédées ou suivies d’une très mauvaise. Les péripéties sont pour la plupart sans surprises et n’offrent aucun véritable moment épique à une saga pourtant coutumière du fait. Ce qui est bien dommage lorsqu’on regarde le travail accompli par toute l’équipe de production pour offrir aux fans un épisode visuellement époustouflant. 

Pour contenter des fans plus que sceptiques, le réalisateur fan absolu de la saga offre un travail magnifique sur l’image. L’attention qu’il apporte aux détails de chaque séquence est propre et assez impressionnant, rares sont les blockbusters actuels à se donner autant de mal pour incarner un univers. D’un combat de sabres lasers au milieu d’une mer déchainée à une planète et un temple sous une pluie d’éclairs, JJ. Abrams nous en met plein la vue.

Malheureusement c’est bien la seule chose vraiment positive qui ressort de ces deux heures trente, le spectateur est constamment balloté entre l’émerveillement (les caméos de certains revenants et le fans service parfois joliment amené) et la frustration de découvrir un scénario parfois incroyable de bêtise soutenu par un rythme qui oscille entre le trop rapide et le contemplatif. « L’Ascension de Skywalker » ne parvient à peu près jamais à emballer des moments mythiques, marquants, susceptibles de rejoindre les scènes cultes de la saga.

J.J. Abrams a le budget, les compétences, les acteurs et les talents autour de lui, mais tout semble constamment freiné, empêché par un scénario faible, et une vision floue et forte de cette conclusion.

« L’Ascension de Skywalker » n’arrive finalement jamais à trouver son rythme de croisière pour nous proposer une aventure spatiale agréable et tonitruante.

Surtout que J.J Abrams, bien qu’il respecte le travail effectué par Rian Johnson sur « Les Dernier Jedi », semble vouloir s’émanciper de ce dernier, justement décrié. On a l’impression que ce huitième volet n’aura finalement servi à rien dans la galaxie « Star Wars » si ce n’est d’être balayé d’un revers de la main et ainsi prêter serment d’allégeance aux fans furieux.

Certes il poursuit la connexion mystérieuse et ambiguë qui unit Kylo Ren (Adam Driver, finalement le personnage le plus intéressant de la saga) à Rey (Daisy Ridley une nouvelle fois en roue libre), évoque la thématique de la démocratisation de la Force au détour d’un dialogue de Finn (John Boyega réduit au rang de figurant) mais quand il ne revient pas d’un trait d’humour sur un des moments marquants du film de Johnson, il fait évoluer certains personnages dans une direction opposée à celle amorcée par ce dernier et restaure des éléments que le cinéaste du récent « A Couteaux Tirés » avait abandonné (le casque de Kylo Ren).

Face à ce manque de prise de risque, des dialogues pas tous très recherchés et une direction artistique qui sauve l’ensemble, on se demande finalement si cette trilogie était une nécessité ? Oui Disney voulait pérenniser l’héritage de George Lucas et récupérer ses 4 milliards d’investissements. Malgré le plaisir de retrouver cet univers et des acteurs que nous aimons profondément (Harrison Ford notamment), ces trois volets n’apportent rien de neuf. 

J.J. Abrams, malgré tout son amour pour la saga, ne peut opérer la résurrection espérée. Le cinéaste grâce à son amour des détails, rend souvent « L’Ascension de Skywalker » visuellement très beau tout en dissimulant ses défauts scénaristiques derrière une technique fantastique.

Rien de nouveau au final dans la galaxie « Star Wars » malgré un spectacle distrayant, rythmé mais sans prise de risque. Quel dommage que Disney n’ait pas suivi la trilogie littéraire écrite par Timothy Zahn et repris des personnages iconiques comme Mara Jade, L’Amiral Thrawn et bien d’autres dans ses adaptions cinématographiques.

Note : 5,5/10

Julien Legrand – Le  20 décembre 2019

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com