Une Intelligence (artificielle) à une inconnue 

Emergence

Contexte historique : mars 2020 ; la France, la Belgique, l’Espagne et l’Italie (sans doute suivis bientôt d’autres pays) ont déclaré le confinement. « Toute la Gaule est occupée ! » (pardon confinée)… Pour la citation nous vous invitons à relire « Astérix » de Goscinny et Uderzo (dont nous déplorons le récent décès). Cependant Screentune, toujours soucieux de ses lecteurs vous invite à vous plonger dans quelques séries TV pour égayer vos soirées cosy.

Dès janvier 2020, les 13 épisodes de « Emergence » ont été diffusés sur TF1 seule chaîne européenne à avoir proposé cette intéressante série d’anticipation.

Synopsis :

Jo Evans est  la cheffe de la police locale d’une petite ville américaine. Appelée sur les lieux d’un mystérieux crash d’avion, elle découvre une petite fille, seule rescapée de l’accident. A la clinique, la fillette ne souffre visiblement d’aucune blessure mais elle n’a aucun souvenir du crash ni de son passé. Désemparée, Jo ne sait à qui la confier. D’étranges agents de la sécurité des transports se présentent à l’hôpital et l’enfant  disparaît….

Lancée dans une relative discrétion et dans une tranche horaire de seconde partie de soirée par ABC, cette série de science-fiction avec en vedette Allison Tolman qui incarnait déjà une femme flic dans la série « Fargo ».  Ici son personnage, Jo Evans, est cheffe de police à Peconic Bay et elle prend en charge une petite fille amnésique (Alexa Swinton ; magnifique et lumineuse) sur le lieu d’un mystérieux accident d’avion.

Hospitalisée, la jeune amnésique semble intéresser beaucoup de gens, à commencer par un homme et une femme qui  se prétendent ses parents. Soucieuse d’assurer sa sécurité elle la recueille chez elle, où vit aussi sa fille Bree (Ashley Aufderhelde). Mais lorsqu’elle cherche à en savoir, davantage sur l’enfant (qu’elle a nommé Piper) avec l’aide du journaliste d’investigation Benny (Owain Yeoman du « Mentalist »), elle met en danger Bree et son ex, Alex (Donald « Scrubs » Faison). Par ailleurs des perturbations électriques inexplicables se produisent et un étrange symbole cryptique semble lié à Piper. Perplexe Jo s’interroge sur une possible conspiration…

Ceci n’est que le bref résumé des neuf premières minutes de l’épisode-pilote… Ce rythme soutenu est un des traits de la série qui fonctionne sans véritable temps morts.

Les créatrices de cette nouvelle fiction, Tara Butters et Michele Fazekas, travaillèrent jadis sur  les séries « The X-Files : Aux Frontières du Réel ». La mise en place d’ « Emergence » a effectivement des affinités avec la série de Chris Carter mais aussi avec les « 4400 » » ou encore « Manifest » ce qui pourrait faire croire que le programme n’offre rien de nouveau et pourtant… Car cette série mélange assez habilement les intrigues fantastiques et la dramaturgie familiale liée à l’arrivée inopinée de cette jeune inconnue dans un univers déjà fragilisé. Le spectateur est rapidement en empathie avec l’héroïne, une femme partagée entre son devoir professionnel et les mystères qui rapidement entourent l’irruption de Piper dans leurs vies.

Bénéficiant d’effets spéciaux de qualité mais surtout sobrement et subtilement distillés au fil des épisodes. Ils permettent une compréhension progressive de ce qu’est une Intelligence  Artificielle et l’effet que la découverte de ses capacités provoquent sur son entourage. Présenter une famille mixte d’une zone portuaire de l’est américain n’est pas sans rappeler certains livres de Stephen King et proposer comme personnage principal une jolie femme ronde divorcée ajoute au renouvellement. Les auteurs ont même poussés plus loin en développant une famille métissée où l’ex-mari n’est jamais très loin, la médecin du lieu est noire tout comme la supposée méchante.

Mais surtout la série véhicule la question du Trans humanisme et l’interrogation liée aux trois lois de la robotique telles qu’énoncées par Isaac Asimov car Piper marque l’émergence d’une Intelligence capable de transcender sa programmation, d’évoluer et de manifester des sentiments.

« Emergence » est une série qui mérite votre intérêt, non pour sa réalisation assez conventionnelle mais pour ses rebondissements, sa démonstration de notre ignorance et de notre prévisible comportement face à une I.A. capable de nous être présentée sous des formes multiples (enfant, parent, adulte). L’intégralité de cette première saison intrigue jusqu’au clap de fin.

En espérant que les excellentes critiques reçues aux USA poussent ABC Studios à donner son feu vert pour une seconde saison… qui pourrait être perturbée par la pandémie en cours.

Note : 7/10

Yves Legrand – Le 1er avril 2020

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com

Fermer le menu