Le (Thé)Thanos frappe encore !

Avengers : Endgame

Nous y sommes ! Après plus de 22 films, 11 ans d’existence et 3 phases cinématiques, la fin du MCU tels que nous le connaissons est arrivée avec en point de mire « Avengers : Endgame » qui sort enfin dans les salles de cinéma.

Après un an d’attente, tout le monde va enfin découvrir le dénouement de « Infinity War » et la quête des pierres d’infinité de Thanos. 

C’est peu dire que Disney et Marvel sont attendus au tournant et le MCU va devoir répondre à de nombreuses questions entre l’arrivée de nouveaux héros, la juxtaposition de nombreux univers et de personnages dans le même film et quid des vieilles figures telles que Iron Man, Captain America et Thor ?

« Avengers : Endgame » vient boucler la boucle d’une recette qui a financièrement fait ses preuves, plutôt que qualitativement, mais ce dernier est-il réellement à la hauteur de ses immenses ambitions 

Synopsis :

Thanos ayant anéanti la moitié de l’univers, les Avengers restants resserrent les rangs dans ce vingt-deuxième film des Studios Marvel, grande conclusion d’un des chapitres de l’Univers Cinématographique Marvel.

On suppose que si vous êtes sur cet article, c’est que vous désirez connaitre notre position sur « Avengers : Endgame ». Pour ne pas vous gâcher le plaisir du visionnage au point de commettre un crime de lèse-majesté, cette critique va tenter de rester évasive sur le sujet.

De quoi pouvons-nous donc parler ?

D’abord de l’intrigue sans trop en dire, l’enjeu est que les héros restants sauvent l’univers et leurs compagnons d’armes en un peu plus de 3 heures.  

Dans ce second film qui a déjà la lourde tâche de passer après « Infinity War », toutes les lignes narratives devaient raccrocher les wagons, la difficulté que chaque héros ait sa part à l’écran, qu’aucune (ou presque) apparition ne s’apparente à un caméo pour le plus pur fan service et pour que le tout soit d’une impressionnante cohérence tant sur la forme que dans le fond.

La volonté des frères Russo était clairement de faire encore plus épique et plus prenant, malheureusement, si le spectacle est parfois au rendez-vous, celui-ci est très souvent mal réparti et souffre d’une écriture qui se complique grandement la vie. On découvre un film coupé en plusieurs morceaux (faisant penser à des petites scènes déconnectées les unes des autres) soutenu par une logique qui n’est pas imparable et plusieurs facilités scénaristiques (coucou les pierres d’infinité).

Le tout est comme à son habitude parsemé de grosses touches d’humour (notamment de Thor, Iron Man et Hulk) et de plusieurs images spectaculaires.

De plus, l’harmonie d’« Infinity War », qui permettait à presque tous les héros d’avoir un moment de gloire ou d’exister, n’est plus qu’un vague souvenir. La faute à des personnages qui disparaissent et réapparaissent selon le bon vouloir des scénaristes ou quand ceux-ci ont besoin d’un joker pour faire avancer l’intrigue.

Ensuite le rythme, plus de 3 heures de film c’est long, peut-être même trop. Là où « Infinity War » proposait un spectacle plus ou moins cohérent de 2h30, « Endgame », s’éparpille et peine à trouver ses belles envolées de suspenses pendant plus d’1h30. L’aspect humain de la remise en question et de la fatalité de ses héros jouant énormément sur le rythme afin de préparer le spectateur au grand dernier acte.

Pendant un temps le long métrage des frères Russo joue avec nos émotions, veut nous faire esquisser quelques larmes, mais n’assume pas pleinement cet angle de façon assez maitrisé et équilibré.

Un parti pris trop léger et parfois hors de propos lorsque l’humour s’invite dans cet univers normalement désespéré. C’est bien dommage car cette atmosphère mélancolique et dramatique aurait mérité d’être plus développée, plus intense afin d’embrasser pleinement la quête vengeresse de nos héros face au titan fou.

On a pu le voir dans « Civil War » et « Infinity War », la réalisation des scènes d’action ne fait pas partie des grandes qualités des frères Russo et la mise en scène n’était déjà pas leur plus grand point fort non plus.

« Endgame » apparait encore moins maitrisé que le précédent opus. Si ce volet reste cependant un bon divertissement qui ravira les fans les plus assidus, on regrette encore une fois des scènes de combats surdécoupées qui empêchent le spectateur de se plonger pleinement dans les enjeux dramatiques.

Bien sûr, les avis divergeront sur la réussite du long métrage mais tout n’est bien sûr pas à jeter. À commencer par un dernier acte où le film a finalement mis sur pied son ambitieuse mécanique pour dynamiser sous nos yeux parfois ébahis une fin efficace.

Un bouquet final d’une générosité certaine mais qui prouve que l’œuvre des frères Russo aurait pu être bien plus. Argué d’une direction artistique époustouflante et d’une photographie qui magnifie l’ensemble, le dernier acte est ce qu’aurait dû être cette conclusion dès le départ.

La plupart des acteurs sont toujours très bons chacun dans leurs rôles, un Robert Downey Jr fidèle à lui-même, tout comme Scarlett Johansson, Jeremy Renner,  ou Chris Evans. Le seul regret est peut-être à mettre au profit de Josh Brolin en Thanos, son personnage étant rétrogradé au rang de simple antagoniste alors qu’il était magnifiquement développé dans « « Infinity War ».

« Avengers Infinity War » et « Avengers Endgame » forment finalement un tout au sein même du MCU. Un ensemble qui se compare l’un et l’autre. « Endgame » reste moins épique et maitrisé que son prédécesseur, mais clos avec les honneurs dans un dernier acte percutant 11 années de succès pour Marvel.

Une œuvre généreuse conçue pour les fans assidus et qui esquisse le passage de flambeau entre deux générations de super-héros. Cela reste pourtant moins spectaculaire que le premier volet. 

Note : 6/10

Julien Legrand – Le 24 avril 2019

Vous pourriez aussi aimer :

contact.screentune@gmail.com

Fermer le menu